Pourquoi ne sais-tu pas marcher dans la neige ?

Nicolas Turicchia signe avec « Pourquoi ne sais-tu pas marcher dans la neige ? », présenté il y a quelques temps au Point Ephémère dans le cadre du Festival ZOA, un spectacle sensible sur le rapport à l’être aimé. Interprété par Nicolas Turicchia et son père, il dévoile une interprétation toute en finesse et un rapport au corps simple et beau.

Il suffit parfois de peu de choses pour faire créer un moment d’échange entre des interprètes et des spectateurs. Le spectacle doit le permettre, bien sûr, puis il s’agit que quelques facteurs plus ou moins aléatoires soient réunis pour que la magie opère. Ce soir d’octobre, dans le studio de danse à l’étage du Point Ephémère – qui accueille par ailleurs régulièrement spectacles et étapes de travail de théâtre, de danse et de performance – tout était réuni pour que ce moment passé ensemble à regarder un fils, danseur, et son père vieillissant se mouvoir, évoquer des tranches de vie, jouer ensemble, construise en filigranes un écrin de douceur.

Rien ici d’une fiction, ni même d’un récit de vie documenté, tout est mis au service de l’écoute et d’une invitation au partage. Le spectacle vivant existe aussi pour des moments beaux et simples comme celui-ci, durant lequel on se laisse aussi emporter par ce rapport émouvant entre un père et son fils, entre un homme et son corps vieillissant, entre deux âges. Il y a dans ce spectacle quelque chose d’une caresse, qui, à l’image de ce que disait Lévinas, ne vient saisir rien ni personne, mais est comme un mouvement qui fait naître un interstice de douceur.

Bertrand Brie

Photo: droits réservés au Théâtre du Crochetan

Written By
More from artichaut

Hannah

      J’ai gaffé, encore. Elle semble si triste dans sa petite...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *