Nachlass, pièces sans personnes

Dans Nachlass, pièces sans personnes, les Suisses de Rimini Protokoll récréent des microcosmes dans lesquels on fait le lien entre la présence et l’absence, entre la vie et la mort ; dans lesquels on se confronte finalement à la présence une fois venue l’absence. Chaque pièce de ce spectacle présenté à la MC93, comme un petit cabinet de curiosités, est un monde miniaturisé destiné à recréer ce que chacune des 8 personnes que l’on entend dans le spectacle souhaite laisser à voir après sa mort.

Crédits photo: Samuel Rubio

Arrivé dans le couloir central, dans lequel on patiente dans la pénombre, on peut observer une projection du monde sur le plafond ovale. Y scintillent des petits points qui s’éteignent aussi vite. On lit alors qu’il s’agit des morts en temps réel. Au rythme des chronos, les portes s’ouvrent et se referment pour laisser place à chaque fois à un petit univers, représentatif de ce que chacune et chacun de ces gens qui acceptent de témoigner pour nous souhaitent laisser après leur mort. Le trouble s’installe, certains évoquent le fait qu’ils sont peut-être déjà morts à l’heure à laquelle nous écoutons leur voix. D’autres laissent des objets. La présence de ces individus qui s’adressent à nous se double d’une absence physique qui engage la réflexion vis-à-vis du rapport que chacun peut avoir à sa propre mort et à son héritage.

Certains témoignages, sublimes, comme celui du père atteint d’une maladie dégénérative qui s’adresse à nous mais en prenant surtout à partie sa fille de 16 ans, émeuvent aux larmes et ne font que mettre en lumière la béance laissée par l’absence de toute comédienne ou comédien. Idem pour cette femme qui raconte son succès de jeunesse sur scène, et la suite de sa vie, tout à fait routinière, ne laissant comme souvenir que cet enregistrement, son pull, et une bande-son d’elle chantant ce fameux soir, alors qu’elle avait douze ans. Ces microfictions, ces récits de l’intime, rendent palpables les expériences, dans ces chambres dans lesquelles on est directement confrontés à l’absence et aux traces qu’elle laisse. Des débats éminemment politiques sont soulevés sur la fin de vie, sur le patrimoine et l’héritage. Mais on fait surtout face à un théâtre profondément humain qui meut en chacun une réflexion puissante à travers l’émotion et la confrontation à autrui.

Bertrand Brie

Nachlass, pièces sans personnes, est présenté à la MC93 jusqu’au 17 novembre à 18h, 19h30 et 21h, avec des créneaux supplémentaires à 14h30 et 16h selon les jours

Written By
More from artichaut

Frànçois & the Atlas Mountains à la Gaîté Lyrique : un « moment de grâce »

En y allant, on avait un peu peur d’une prestation trop intimiste,...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *