Moment de fraîcheur sous L’Écorce des rêves

Au Théâtre du Centre, à 14h30, se joue une parenthèse de douceur déjà passée cette anéne par la Manufacture des Abbesses un mois durant. L’Écorce des rêves, interprétée par David Nathanson et Camille Demoures, met en scène une petite fille qui entreprend un voyage imaginaire avec le fantôme de son père. Risqué, dans la mesure où le thème aurait pu verser dans la fable béate aussi bien que dans la pédagogie glauque. Rien de tout ça ici, on ne fait que suivre avec un certain bonheur les aventures de la petite Louise au milieu des adultes et des enfants confondus.

l-ecorce-des-reves

Veille de journée d’école, Louise se retrouve à l’heure du coucher avec le fantôme de son père qui semble plus réel que jamais. Au fil de cette relation père-fille dont on observe la complexité tout au long du spectacle, se déroule voyages imaginaires aussi bien aux Etats-Unis que sur l’Océan Atlantique ou sur la Lune.  La thématique de la mort y est évoquée sans angélisme, mais avec une sorte d’honnêteté  joyeuse rythmée par les morceaux de ces deux interprètes-musiciens.

L’Écorce des rêves vient cueillir le spectateur avec tact et simplicité, et laisse au spectateur un moment de fraîcheur sous la canicule avignonnaise. Moment suspendu aussi avec l’interprétation malicieuse d’un morceau de Schubert au piano et au violoncelle, qui saura séduire tout le monde. Un spectacle à conseiller à tous les publics.

Bertrand Brie

Jusqu’au 30 juillet au Théâtre du Centre
Photos: Claude Bourbon et Lélia Demoisy

Written By
More from artichaut

Cannes: Décryptage de la Sélection Officielle

L’Artichaut décrypte film par film la sélection officielle du festival de Cannes 2014. L’équipe de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *