Les travaux avancent à grand pas, et c’est réjouissant !

Dessin: Antoine Defoort

Au 11-Gilgamesh, L’Amicale de production présente un spectacle un peu particulier, qui n’est d’ailleurs pas vraiment un spectacle… dans Les travaux avancent à grand pas, la folle équipe propose de suivre ses chantiers plus ou moins avancés, et déballe ses cartons sur scène pour permettre au public de découvrir, chaque jour, une nouvelle proposition. Une introduction géniale, suivie, en ce qui nous concerne, d’une fausse conférence de Sofia Teillet sur la sexualité des orchidées.

Dessin: Antoine Defoort

Chez L’Amicale de production, le théâtre se construit avec les spectateurs, en direct. Après une espèce de tirage au sort bancal, les trois compères présents le jour de la représentation du 19 juillet  finissent par déterminer via un système de points, les handicaps et avantages donnés à chacun des trois projets proposés en vue de la décision finale. Les critères ? Variété par rapport à ce qui a été présenté les jours précédents, faisabilité, et « ce qu’on avait dit ». Les dés sont évidemment pipés mais on suit avec bonheur le processus décisionnaire de la joyeuse équipe, mené avec un humour décapant. Le tout orchestré au fil d’une métaphore culinaire (« le théâtre est une cantine, et il s’agit de choisir quel plat on va vous faire goûter »), on finit avec un lancer général d’avions en papier sur scène, censé nous permettre de savoir quel projet va enfin être tiré au sort, mais plutôt prétexte à faire jouer le spectateur.

Lorsque nous sommes venus voir l’Amicale, nous avons donc entendu Sofia Teillet parler de la sexualité des orchidées. Passant de sa haine irrationnelle des orchidées, comme une « coquetterie de sa personnalité » à la manière dont ces fleurs se reproduisent depuis plusieurs dizaines de millions d’années, on se réjouit sans peine de l’humour décalé avec lequel Sofia Teillet mène cette espèce de fausse conférence mâtinée de morceaux de sa vie personnelle évidemment détournés pour l’occasion. Tout est prétexte à la vanne, et le spectacle se termine sur un retournement de situation aussi hilarant qu’inattendu, qui éclaircit la proposition sans la défaire de sa qualité. On n’attend aucunement de se torturer les méninges et c’est tant mieux ; l’Amicale parvient toujours à mener ses réflexions par un biais ludique en intégrant pleinement les spectateurs, et c’est justement ça qui fait sa force. On passe un beau moment de théâtre, drôle et intelligent ; Les travaux avancent à grand pas est sans aucun doute de ces plats qui ne dégoûtent pas, et dont on se resservirait bien à loisir. En attendant, espérons que tous ces cartons scéniques deviendront un jour des spectacles, l’Amicale regorgent de ressources qui n’attendent que nous.

Written By
More from artichaut

Respire – Mélanie Laurent

Respire de Mélanie Laurent « Tu vas pas mourir de rire, il faut...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *