Ground Zero, écho d’une génération

Après un passage remarqué l’an dernier, la Compagnie Avant L’Aube revient toujours plus déchaînée au Théâtre des Barriques. Dans le cadre de leur triptyque féminin/masculin, deux nouveaux spectacles sont à compter parmi les « must see » de ce Festival OFF d’Avignon : Ground Zero, et Boys Don’t Cry, en plus de L’Âge Libre qui tourne depuis déjà deux ans. Adaptation des Années d’Annie Ernaux, Ground Zero déroule avec humour les pierres angulaires d’une génération désenchantée.

De la Guerre du Golfe à Nuit Debout, en passant par le 11 septembre ou la Coupe du Monde 1998 et la victoire de l’équipe de France, les sept comédiennes de la Compagnie Avant l’Aube traversent le vécu des enfants de la fin du XXème siècle, temps de paix en théorie, heurté en pratique par le poids d’un passé écrasant, par la fascination morbide pour ces tueurs de masse à qui l’on offre la célébrité, normalisation des attitudes guerrières… tous ces travers d’un monde supposément arrivé au stade le plus avancé de son évolution sont passés en revue.

19656990_1984756281761485_7147138990496833552_n

La mise en scène de Maya Ernest donne à cette écriture collective un aspect choral que l’on retrouve paradoxalement rarement dans les travaux des collectifs, très à la mode ces dernières années. Le ton est délibérément provocateur, le trait est largement exagéré, le propos met parfois mal à l’aise – on peut penser à un long monologue sur la fascination morbide d’une jeune femme pour Anders Brejvik – mais le travail est intéressant. Si le spectacle accuse encore de maladroites aspérités – parmi lesquels un jeu qui pourrait parfois aller vers plus de sobriété sans perdre de sa force comique, ou un texte encore flottant à certains moments – tout laisse à penser qu’il saura se bonifier avec le temps, laissant déjà aux spectateurs de cette première un souvenir troublant et intelligent.

Bertrand Brie

Les jours impairs à 18h10 au Théâtre des Barriques. En alternance avec L’Âge Libre les jours pairs, même heure. Boys don’t cry, à 21h45 au Théâtre des Barriques. Jusqu’au 30 juillet.
Crédits: Affiche du spectacle par Diane de Villeneuve, photos fournies sur la page facebook de la Compagnie Avant l’Aube

Written By
More from artichaut

« Not Afraid of Love » à la Monnaie de Paris, le retour de Maurizio Cattelan ?

Auteur d’œuvres témoignant d’un renouveau humoristique et réflexif de l’art contemporain, l’artiste...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *