4.48 Psychose, pulsions en conflit

Fraîchement débarqué du Québec pour sa première série de représentations en France, le 4.48 Psychose mis en scène par Florent Siaud est un vrai beau moment de théâtre. Dernière pièce de Sarah Kane, dans laquelle on lit en filigranes le mal-être profond d’une autrice qui se suicida quelques mois après en avoir achevé l’écriture, 4.48 Psychose déroule une langue complexe et mêle les discours ; un véritable défi que l’interprète, Sophie Cadieux, relève avec brio.

Crédits photo: Nicolas Descôteaux et David B. Ricard

Lorsqu’on pense à Sarah Kane, l’idée d’une violence et d’une noirceur profondes émergent assez rapidement. Avec cette nouvelle traduction de 4.48 Psychose par Guillaume Corbeil dans la mise en scène de Florent Siaud, se dégagent également tant une étrange clarté qu’une ironie sévère et cruelle. On plonge le temps de la représentation dans la psyché d’une femme souffrant d’une dépression et dont l’existence semble comme tendue entre 4h48, les médicaments, la pendaison, les veines ouvertes, et cet espoir beau et tragique de la possibilité de l’amour d’autrui.

L’interprétation toute en nuances du texte n’en fait pas moins un brûlot d’une intensité intacte dans lequel la protagoniste-autrice confronte pulsions de vie et pulsions de mort qui débordent avec puissance et ne sont jamais comprises. Sophie Cadieux arrache les mots et les fait éclater sur le plateau rouge du Paris-Villette, ils semblent danser sous nos yeux dans une performance charnelle qui nous ouvre lentement les portes de l’esprit de cette femme qui se dirige tout droit vers 4h48. On y retournerait bien pour voir le spectacle autrement, pour en saisir d’autres subtilités, pour entendre de nouveau le texte. En tout cas, on ne peut que vous conseiller d’y aller.

Bertrand Brie

Written By
More from artichaut

20 danseurs pour le XXe siècle

Dès le seuil de l’Opéra Garnier franchi, on se retrouve à proprement...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *