20 danseurs pour le XXe siècle

Dès le seuil de l’Opéra Garnier franchi, on se retrouve à proprement parler dans le spectacle. Vingt danseurs sont dispersés dans le Palais, investissant chaque recoin – salles, allées, corniches, balcons et escaliers. Au début, la désorientation est totale : où est la scène ? Où sont les sièges ? Mais il n’y a pas ici de sièges ni de scène au sens traditionnel : ce sont les danseurs qui, en prenant possession de tout l’espace disponible, font du Palais tout entier leur scène. Après le premier moment d’étonnement, on prend rapidement plaisir à cet expérience étonnante qui renverse les codes traditionnels du spectacle : ce ne sont plus les danseurs qui viennent à nous sur la scène, mais nous qui nous déplaçons pour venir les rencontrer. La possibilité est ainsi offerte aux spectateurs d’observer les danseurs de près et de leur parler à la fin d’une danse, ce qui les rend plus humains et plus accessibles.

Pendant une heure et demie, les spectateurs déambulent à travers les deux niveaux du Palais Garnier. Ils se rassemblent autour de danseurs seuls ou en groupes de deux ou trois pour assister à quelques danses en solo avant de continuer leur périple. Ce sont eux qui construisent leur propre spectacle : la liberté leur est laissée de choisir leur trajectoire, quels danseurs regarder et pendant combien de temps en fonction de leurs préférences. Sollicités en permanence, ils sont ainsi plus mobilisés pour apprécier un spectacle dans lequel ils ne sont pas passifs.

 

20-danseurs-pour-e-XXe-siecle (1)

 

La décision du chorégraphe Boris Charmatz de faire évoluer ses danseurs hors du lieu qui leur est traditionnellement dévolu – la scène – n’a pas été prise au hasard : elle pose la question du rapport entre la danse et le lieu où elle est pratiquée. Quelle sera, par exemple, la différence entre une danse dans une bibliothèque et une danse sur un balcon ? Chaque solo a ainsi sa propre histoire et sa propre raison d’être. « Le contexte habite le mouvement, le hante et l’histoire, la culture, la rencontre des corps imprévus le détournent de sa trajectoire initiale », explique le chorégraphe.

Vingt danseurs pour une grande diversité artistique : au cours de sa promenade, le spectateur rencontre de grands chorégraphes tels que Balanchine, Robins ou encore Nijinski ; il écoute des morceaux de Chopin, de Brahms et de bien d’autres encore. Les styles de danses les plus variés s’y croisent, de la danse classique à la danse contemporaine en passant par la danse indienne et le boogie-voogie. Ce mélange a priori étonnant s’impose pourtant rapidement comme une méthode réussie de créer un panorama de la danse du XXème siècle.

 

Crédits Agathe Poupeney

Si vous n’êtes pas pris de vertige au milieu de ce fourmillement, vous pourrez admirer à loisir la technique parfaite des danseurs. Leurs mouvements semblent extrêmement simples, car effectués avec une aisance qui voudrait laisser croire que leurs gestes sont on ne peut plus naturels. Mais à y regarder de plus près, on se demande comment des corps humains peuvent se plier et se tordre ainsi sans se briser, et on peine à imaginer le nombre d’heures de répétitions qu’il a fallu pour parvenir à un tel degré de grâce, de légèreté et de poésie. Car cette promenade artistique est aussi un moment d’émotions très fortes : celles dégagées par la musique, celles qui s’échappent des danses, et celles qui sont transmises à travers l’expression des danseurs. Quand vous irez voir la petite merveille qu’est ce spectacle, prêtez une attention particulière aux regards des danseurs, et vous sentirez votre cœur frémir.

 

Vingt danseurs pour le XXème siècle                                                                      

Conception Boris Charmatz (directeur du Musée de la danse – Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne)                                                                                                                                                                                          

Palais Garnier, Place de l’Opéra, 75009 Paris              Du 28 septembre au 11 octobre 2015

1h30 sans entracte                                                                                                                                                       

Réservation : https://www.operadeparis.fr/saison-15-16/ballet/20-danseurs-pour-le-xxe-siecle#head ou au 08 92 89 90 90

 

Diane Richard

Written By
More from artichaut

Finir en beauté, insaisissable épitaphe

Mohamed El Khatib présente en ce moment Finir en Beauté au Monfort....
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *