Un train pour le Yunnan – Les tribulations de deux Français en Chine

« Les deux ouvertures de part et d'autre du pont en arbalétriers au kilomètre 111 » 1903-1906, Georges-Auguste Marbotte, H06-Chine-34 @MNAAG.

Exposition de 65 photographies se tenant jusqu’au 6 avril 2015 au Musée national des arts asiatiques – Guimet. Réalisée en partenariat avec le Musée départemental des arts asiatiques de Nice, elle s’inscrit dans le cadre des commémorations France-Chine 50.

Les plus

  • Expo gratuite qui se visite très rapidement, sans ordre particulier, puisque les oeuvres sont disposées dans une rotonde donnant sur la magnifique bibliothèque Guimet – spécialisée dans les arts anciens et l’archéologie de l’Asie orientale et extrême-orientale.
  • Beauté et qualité incroyables des photographies, pourtant prises au début du XXe.

Les moins

  • Sujet extrêmement précis – en gros les pérégrinations en Chine d’un consul et d’un comptable français pour mener à bien la construction de la plus complexe ligne de chemin de fer entre la Chine et l’Indochine -, qui fait que les photos mériteraient plus d’explications (l’exposition n’en donne pratiquement pas). N’est pas spécialiste de la péninsule indochinoise en 1907 qui veut ! Heureusement, les informations du musée Guimet sont très claires.
«Auguste François brandissant deux léopardeaux» 1900 - 1904, Auguste François, AP3278 @MNAAG.

«Auguste François brandissant deux léopardeaux» 1900 – 1904, Auguste François, AP3278 @MNAAG.

Rare témoignage de la Chine de l’époque…

Des villages isolés miséreux contrastant avec la splendeur des habits portés par les nobles et les mandarins. Des paysages vierges, abrupts, des rivières tropicales, des épaves de bateaux à la dérive. Des têtes coupées suite à la révolte des Boxers. Du portrait de la jeune mariée aux mendiants en passant par les acteurs, les guerriers et les marchands… Tout y est, sans jugement aucun ! Cette Chine d’une autre époque ne remonte qu’à un siècle et c’est pourtant un autre monde. Beau et cruel à la fois.

«Un chemin à flanc de montagne» 1903 -1906, Georges-Auguste Marbotte, D10-Chine-011 @MNAAG.

«Un chemin à flanc de montagne» 1903 -1906, Georges-Auguste Marbotte, D10-Chine-011 @MNAAG.

Par deux expatriés français entreprenants.

Le premier se nomme Auguste François, consul assigné au Yunnan et à l’organisation du chantier du chemin de fer, entre 1896 et 1904. Malgré la tâche démesurée, il lui restait apparemment du temps libre puisque ses nombreux (et précieux !) clichés de la Chine de l’époque nous sont parvenus, comme ce portrait d’un homme issu de la minorité Yi:

« Homme d’ethnie Yi au turban » 1899 - 1904, Auguste François, AP 3492 @MNAAG.

« Homme d’ethnie Yi au turban » 1899 – 1904, Auguste François, AP 3492 @MNAAG.

De belles scènes de diplomaties et négociations sont présentées, confirmant l’intérêt – colonialiste ! – de la France pour cette contrée chinoise riche en étain et pour son opium (réputé le meilleur du monde!)

Comptable de profession mais photographe de coeur, Georges-Auguste Marbotte rejoint le projet en 1903 et immortalise les avancées de la construction.

« Portrait de Georges-Auguste Marbotte » 1903 - 1906, Georges-Auguste Marbotte, D15-Chine-98 @MNAAG

« Portrait de Georges-Auguste Marbotte » 1903 – 1906, Georges-Auguste Marbotte, D15-Chine-98 @MNAAG

On s’attarde devant l’envergure de ce projet herculéen, quelques clichés montrent même les milliers d’hommes (67 000 selon Wikipédia !) réquisitionnés de force, portant les kilos de métaux sur les chemins inexistants des montagnes escarpées… Du jamais vu depuis les pyramides !

Comme prévu, cette voie ferrée a eu ses highlights historiques, d’ailleurs elle fonctionne toujours et a même été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013 !

« Acheminement de pièces métalliques à dos d’homme » 1907 - 1908, Georges-Auguste Marbotte, A-Chine-932 @MNAAG.

« Acheminement de pièces métalliques à dos d’homme » 1907 – 1908, Georges-Auguste Marbotte, A-Chine-932 @MNAAG.

En conclusion, une expo qui ravira sinophiles, diplomates en herbe et étudiants soucieux d’agrémenter d’exemples leurs disserts d’histoire des Empires ! Le musée Guimet, situé à Iéna, est quant à lui un lieu fabuleux à découvrir absolument ! Ne ratez pas « Splendeur des Han, essor de l’empire céleste » et « Du Nô à Mata Hari, 2000 ans de théâtre en Asie ».

Juliet Copeland

Pour en voir plus : http://vimeo.com/101076658

http://www.guimet.fr/fr/expositions/expositions-a-venir/un-train-pour-le-yunnan-les-tribulations-de-deux-francais-en-chine

Leave a Reply