Sideways Rain, variations corporelles

thepas_14-15_saison_12s6

Alors que la saison bat son plein, le Monfort ouvre son temps danse/théâtre avec Sideways Rain. Œuvre particulièrement physique du chorégraphe argentin Guilherme Botelho, elle subjugue autant qu’elle étonne. Une réussite tant esthétique que sensible.

Des hommes et des femmes qui courent, marchent, tournent le long des lignes parallèles d’un plateau envahi par une douce lumière. C’est ainsi que commence Sideways Rain ; pris dans une fougue phénoménale entre deux variations corporelles, le spectateur est happé par l’énergie de cette foule de danseurs qui surgit et disparaît tout aussi vite de la scène nue. Formidable ballet des identités, on observe l’œuvre comme on regarderait des atomes s’agiter au travers d’un microscope. Portés par l’impression d’une uniformité, chacun se détache et se fait part intégrante de cette œuvre d’une étonnante simplicité. Cette danse morcelée se clôt baignée d’une lumière crépusculaire, au rythme des danseurs traversant la scène pour tendre des fils d’un bout à l’autre, faisant du plateau une tapisserie foisonnante et fascinante.

011c30852d88623dcfa3c64f89195edd_f373

Etrange toile d’araignée aux fils parallèles, on est appelés par l’effort et la poésie des gestes délicatement dessinée par ces artistes-particules. On ressort avec l’heureuse impression d’avoir assisté à un ballet à la beauté solaire, où se mêlent intensité et finesse dans une réjouissante alchimie.

Bertrand Brie

Retrouvez la belle programmation du temps danse-théâtre au Monfort ce mois de novembre

Crédits photo: Jean-Yves Genoud

Leave a Reply