Samedi 21, j’ai été voir Macklemore en concert.

Depuis un an, le groupe de Seattle est devenu dangereusement mainstream, et il est vrai que mon âme hipsteroise (comprendre d’hispter berlinois) l’a vécu très difficilement. Ma moustache s’agitait furieusement quand j’entendais Thrift Shop passer en boucle dans le Franprix de mon quartier ; et la délicate calligraphie chinoise tatouée sur mon bras gauche me brûlait comme la marque des ténèbres.

Mais malgré tout cela, le duo reste tout de même un des meilleurs groupes de hip hop des Etats Unis. Si « Can’t hold us » et «Thrift shop » sont de bonnes chansons, « Otherside »,  « Wings » ou « Starting Over » sont incontournables. Leurs textes sont énormément travaillés et originaux pour le genre musical. Personnellement, je ne connais pas d’autre rappeur chantant contre la consommation de drogue, et Ryan Lewis est incontestablement un bon DJ.
J’ai donc pris ma place pour leur concert du 21 septembre, espérant que c’est ce côté là qu’ils mettraient en avant.

557202_10202196117888589_917766497_n

Déterminé de profiter du concert, je suis arrivé 2h en avance au Zénith, pour être sûr de me retrouver au premier rang de la fosse. Je vais le dire tout de suite, le concert était très bon; mais il avait un problème majeur : son public. En grande partie composé de jeunes ados, il rendait impossible tout pogo ou mouvement légèrement enthousiaste, et avait la malheureuse tendance à m’agresser mes tympans avec ses cris hystériques.

Mais comme le dit ma grand-mère : « Faut pas cracher dans la soupe, YOLO ». Et, passé outre ce détail, tout était réussi. Macklemore est arrivé sur scène avec un maillot de l’équipe de France comme vous pouvez le voir sur la photo. Il a chanté otherside a capella, s’est déguisé en Sir Raven Bowie, son alter ego de la chanson « And We Dance » ; et a clairement donné tout ce qu’il avait dans sa performance.

Comme cela devenir l’habitude dans la chronique pestacle, il ne me reste qu’à mettre une note à ce concert.

Macklemore au Zénith le 21 septembre : 17/20 (très bonne performance mais mauvais public).

 

Tristan du Puy

Written By
More from artichaut

Éclectik Erik

Satie aura tout fait dans sa vie. Ecrire de la musique, écrire...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *