[Cannes 2014] Rencontre sur la Croisette avec ROCKY.

Olivier, Laurent et Tom de ROCKY bravent la tempête sur le ponton de la plage Ciné-Guinguette.

Mardi soir, le groupe électro-pop ROCKY était invité par BETC Music pour un DJ Set exceptionnel à bord du bateau Arte. On les a rencontré sur une plage de la Croisette, quelques heures avant leur show :

Laurent, Olivier et Tom, les cheveux dans le vent.

Laurent, Olivier et Tom, les cheveux dans le vent.

C’est en bravant le vent et la pluie que les fiers lillois arrivent sur la plage de Ciné-Guinguette pour notre interview. Tom Devos, Laurent Paingault et Olivier Bruggeman (la chanteuse Inès Kokou étant malheureusement retenue par du travail), trois membres de Rocky, mixent le soir même sur le très prisé (et très privé) bateau Arte.

Installés autour d’une bière – les lillois font honneur à leur réputation -, ils nous parlent de leur groupe, de leurs projets, et de leur amour de la musique.

Laurent, Tom et Olivier pendant l'interview d'hier.

Laurent, Tom et Olivier pendant l’interview d’hier.

« Tout commence dans une cave »

« Rocky », c’est un hommage aux années 90, de Rocky Balboa au Rocky Horror Picture Show, le nom – court, pop et facile à retenir, est choisi « pour sonner aussi bien en anglais qu’en français« . D’ailleurs, c’est également le nom de leur premier EP, sorti en 2013.

Tom, Laurent et Olivier décident, il y a quatre ans, de mettre fin à leur groupe TV Glory, à l’influence plutôt rock : ils ont d’autres projets en tête mais aucun des trois ne souhaite « assumer la voix« . Leur voix, ils la trouvent en Inès Kokou, rencontrée par l’intermédiaire d’un ami. La jeune chanteuse parisienne, alors en prépa à Lille, vient donc faire un essai sur leurs démos, dans leur cave-studio de Wazemmes (un quartier populaire lillois), « sans lumière et sans toilettes« . L’alchimie est immédiate et très naturelle entre Inès et les trois musiciens.

Si Olivier a depuis emménagé dans le Vieux Lille et que le groupe peut désormais travailler avec un peu de lumière de jour dans une nouvelle double-cave aménagée, c’est la signature avec le Label GUM qui accélère les choses. Invités en mai 2011 par leurs amis de We Are Enfant Terrible à l’occasion de la release party de leur deuxième album, ils jouent au Grand Mix de Tourcoing aux côtés de The Shoes, qui les repèrent pour la première fois. Puis, c’est avec un remix de Cover Your Eyes que Rocky les séduit à nouveau; le duo formé par Guillaume Brière et Benjamin Lebeau passent alors le mot à leur label, Green United Music. Le directeur artistique, Pierre Le Ny, vient donc assister à un de leurs concerts à Paris, et les signe dans la foulée.

Avec la vision artistique très forte de GUM (également le label de Woodkid),  ils trouvent leur identité visuelle, très esthétique, aux couleurs sous acide. Leur image est confiée au talentueux duo de The Stimule Eye, qui réalisent leurs covers et leurs clips. Ils choisissent d’ailleurs, pour se démarquer des « dizaines de photos de groupes où les mecs sont juste posés contre un mur« , de mettre en valeur la magnifique Inès Kokou, qui devient donc le visage de Rocky, tandis que les trois lillois préfèrent l’uniforme et la cagoule.

Les visuels de ROCKY sont réalisés par l'agence The Stimule Eye.

Les visuels de ROCKY sont réalisés par l’agence The Stimule Eye.

C’est aussi le début de leur histoire d’amour avec le Shoes Guillaume Brière, qui les co-produit. Toutes leurs maquettes passent entre ses mains pour y apposer son « regard neuf« , sa « patte« . « En fait Guillaume, tu lui donnes tes maquettes et lui il casse tout ! » plaisante Olivier. On comprend assez bien le véritable coup de foudre artistique à l’origine de leur collaboration : « On a le même âge, les mêmes références. […] Guillaume, c’est un très bon producteur. »

Et Rocky 2 alors ? Le deuxième EP est prévu pour la rentrée 2014, avant l’album qui devrait sortir en 2015. Ils profitent d’une très grande liberté chez GUM, dont la principale préoccupation est la qualité du travail. « On a de la chance de ne pas être tombés sur une major qui précipite les chose pour les petits groupes émergents comme nous, ce n’est pas de l’abatage, mais tout se passe trop vite. » Avec le label, ils prennent le temps d’expérimenter. « On est encore dans un phase de laboratoire« . Mais que les fans impatients se rassurent, « la suite sera dans le même esprit que le premier EP, il y a une continuité dans l’écriture, mais on travaille encore, peut-être quelque chose de plus up-tempo« .

En attendant, cet été, ils sont déjà programmés au prestigieux Montreux Jazz Festival. « Nos parents sont super contents« , et ils ont de quoi, puisque Rocky partage l’affiche avec Stevie Wonder.

En tout cas, si ils regrettent de ne pas pouvoir (encore) faire leur arrivée en hélicoptère comme Booba sur le voilier de la Villa Schweppes ce mardi, hier soir, c’est le yacht Arte qu’ils ont fait danser dans la Marina avec un DJ Set pointu et groovy à six mains. Enfin, « deux aux platines, et un qui va chercher les bières, et on tourne« . Une formule gagnante, puisque l’organisation a du se résigner à couper les lumières et le son pour que le public déchaîné décroche enfin du dance-floor. Une fois de retour à la terre ferme, leur précieux EP glissé dans le gift-bag d’arte, on sort de leur DJ Set conquis et heureux, les jambes encore dansantes et impatientes de pouvoir les voir bientôt jouer sur scène.

 

Acheter l’EP 4 titres de Rocky, pour moins cher qu’un café à Paris, c’est possible ici.

Pour toutes leurs dates, c’est . (Et ça tombe bien ils seront Place Denfert-Rochereau pour célébrer la fête de la Musique le 21 juin prochain sur la scène de Ricard S.A. avec leurs amis de Griefjoy, ainsi que Odezenne et Pendentif.)

#BONUS :

Même si pour Rocky « la mixtape idéale n’existe pas, ou bien serait fatalement obsolète en deux mois« , cliquez ici pour leurs conseils musique du moment.

 

Merci à Tom, Olivier et Laurent pour leur gentillesse, et à leur génial et réactif community manager.

Un grand merci également à Ciné-Guinguette et We Love Words pour leur accueil sur la plage 45.

Clara Latimier, Maxime Gueudet et Benoit Dumeunier

Leave a Reply