Revoir Paris au Palais Chaillot : rêver la Ville Lumière

Affiche de l’exposition Revoir Paris, Schuiten-
Peeters, 2014
© Schuiten / Casterman

Ouverte depuis le 20 novembre 2014 et jusqu’au 9 mars 2015, le Palais Chaillot propose une exposition mettant Paris à l’honneur. Le Paris d’hier, le Paris d’aujourd’hui, Paris de tous les fantasmes,  Paris utopique. François Schuiten et Benoit Peeters font dialoguer visions oniriques et futuristes de la capitale française au travers de pages de bandes dessinées et d’une sélection de dessins architecturaux et projets urbains conçus pour repenser la Ville Lumière.

Les plus :

  • La culture à petit prix ! Muni de votre carte étudiante, l’exposition vous ouvre ses portes pour la modique somme de trois euros.
  • Une mise en lumière de la bande dessinée.

Les moins :

  • Une exposition un peu courte qui nous laisse néanmoins morose.
  • Un parcours imposé, qui, bien que nécessaire, laisse peu de liberté au visiteur

Note : 4 artichauts sur 5

Station centrale des aéronefs à Notre-Dame in Le Vingtième Siècle Albert Robida (1848-1926), 1883 © Collection particulière / Jean-Christophe Doërr

Station centrale des aéronefs à Notre-Dame
in Le Vingtième Siècle
Albert Robida (1848-1926), 1883
© Collection particulière / Jean-Christophe Doërr

La salle intimiste de l’exposition nous invite au cœur d’un périple merveilleux dans un Paris imaginaire. Sur les vitrines centrales, les dessins des bandes dessinées s’enchaînent et tracent un parcours au travers d’une ville utopique, devenue Pâhry, dont l’architecture futuriste puise dans ses vestiges passés. Les albums de Shuiten et Peeters prolongent et dépassent le Paris d’aujourd’hui en intégrant des tracés qui nous sont familiers (Haussman, vision du Grand Paris, Le Corbusier) et en y entremêlant leur propre vision d’un urbanisme épuré, technologique, esthétisme renouvelé. Une utopie qui paraît à portée de main, un futur ancré dans la réalité qui nous fait rêver au champ des possibles transformations à venir.

Paris sous cloche, François Schuiten, 2007 illustration pour Libération encre de chine, acrylique et crayons de couleur © Édition Casterman

Paris sous cloche, François Schuiten, 2007
illustration pour Libération
encre de chine, acrylique et crayons de couleur
© Édition Casterman

L’hommage aux architectes et aux urbanistes qui ont façonné Paris ne se limite pas aux planches de bandes dessinées et s’exporte sur les murs du restant de l’exposition. Parallèlement à cette échappée illustrée dans les décors parisiens oniriques, nous pouvons reparcourir deux siècles de visions urbaines à travers les métamorphoses réelles et imaginées de Paris. Des plans haussmanniens aux projets du Grand Paris, en passant par les représentations des cinq expositions universelles aux innovations urbaines aussi étranges qu’impressionnantes… On peut observer les multiples projets, réalisés ou non, qui ont eu pour ambition de transformer la capitale. Il est étonnant de contempler ce à quoi aurait pu ressembler la Porte Maillot ou encore le Champ de Mars sans sa tour Eiffel…

Ce qui est le plus impressionnant dans cette exposition, c’est l’incroyable modernité de ses œuvres, et à quel point les dessins des visionnaires d’hier témoignent d’un futurisme utopique qui se concrétise de plus en plus. La région parisienne se décline sous mille propositions plus surréalistes les unes que les autres : tandis qu’André Lurçat fantasme d’intégrer une piste d’atterrissage pour avion en plein 16ème arrondissement, Yona Friedman imagine de vastes surfaces agricoles sur pilotis, et déjà, sur les papiers, se dressent les futurs grattes-ciels de la capitale… Ce voyage architectural qui s’effectue simultanément dans le passé et le futur nous donne finalement une image décidément moderne de la ville, sans cesse renouvelée par ces multiples projets. Paris n’est ni une ville figée, ni une ville musée, mais bel et bien une ville ancrée dans un mouvement perpétuel vers l’avant.

« Demain Le Champ de Mars », développements 3D (en cours) © Institut Passion for Innovation de Dassault Systèmes

« Demain Le Champ de Mars »,
développements 3D (en cours)
© Institut Passion for Innovation
de Dassault Systèmes

Si l’exposition a pour but de nous faire « revoir » Paris, elle nous donne surtout matière à rêver. Sur un écran au fond de l’exposition, une expérience 3D nous permet de revisiter nous même l’histoire et l’avenir de trois lieux parisiens emblématiques que sont Notre-Dame de Paris, la Tour Eiffel et la Défense. Les visiteurs peuvent eux-mêmes s’improviser grands visionnaires urbains au cours d’une expérience immersive unique et originale. Revoir Paris, c’est enfin prendre conscience de la puissance de l’art architectural qui structure tout ce qui nous entoure au quotidien. L’architecture, bien que d’utilité publique, est avant tout un art au service de tous les possibles.

Eleonore Voisard

Leave a Reply