« Rembrandt intime » au Musée Jacquemart-André

Rembrandt (1606-1669) Autoportrait à la tête nue - 1633 - Huile sur bois - 60 x 47 cm Paris, Musée du Louvre - Département des Peintures, acquis en 1806 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

« Rembrandt intime » : cette exposition à retrouver jusqu’au 23 janvier 2017 au superbe hôtel particulier Jacquemart-André nous livre l’histoire de la recherche picturale et stylistique du célèbre peintre hollandais. Peintures, dessins, gravures : le musée nous offre un balayage inédit de la fulgurante carrière de Rembrandt.

 

Rembrandt intime, au milieu du pourpre et des dorures du musée Jacquemart-André.  « Rembrandt intime » car cette exposition constitue un retour sur sa vie, dès son jeune âge, à travers sa peinture. De fait, l’intimité, le visiteur y est directement projeté : à peine rentré dans le lieu d’exposition, il se retrouve face à son Autoportrait à la tête nue (1633). Ici, le peintre est éblouissant, bouleversant et pensif : ici, il est éblouissant, bouleversant et pensif. Cette peinture –  d’une véracité naturelle – prouve le talent de l’artiste, dès son plus jeune âge.

Rembrandt (1606-1669) Autoportrait à la tête nue - 1633 - Huile sur bois - 60 x 47 cm Paris, Musée du Louvre - Département des Peintures, acquis en 1806 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Rembrandt (1606-1669) Autoportrait à la tête nue – 1633 – Huile sur bois – 60 x 47 cm Paris, Musée du Louvre – Département des Peintures, acquis en 1806 © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Chef de file de la peinture hollandaise du XVIIe siècle, le peintre est guidé par un pouvoir hâtif de création, ce pourquoi il s’efforce très tôt à puiser dans le monde qui l’entoure les objets de ses expérimentations. Rembrandt questionne l’existence humaine, utilisant comme modèles ses proches – notamment sa femme Saskia ou son fils Titus –  ou lui-même – portant le savoir-faire de l’autoportrait à son apogée. De fait, si Rembrandt réalisait des portraits sur commande pour les représentants haute société hollandaise, il s’est aussi représenté lui-même une centaine de fois, en se plaçant devant un miroir, à tous les âges de sa vie.

L’exposition se concentre essentiellement autour de trois œuvres achetées par le couple Edouard et Nélie Jacquemart-André. Il s’agit du Repas des pèlerins d’Emmaüs (1629), le Portrait de la princesse Amalia van Solms (1632), et le Portrait du Docteur Arnold Tholinx (1656). Ces trois éminentes productions représentent trois âges de l’art du peintre : respectivement, celui de son apprentissage à Leyde (1625-1631), suivi par celui de ses premiers succès à Amsterdam (1631-1635), et enfin celui de la plénitude de son art (1652-1669). Ces trois œuvres sont accompagnées d’une trentaine d’autres œuvres graphiques et d’une vingtaine de tableaux, prêtées exceptionnellement par le Metropolitan Museum of Art de New York et le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg notamment.

De fait, grâce à la justesse psychologique de ses peintures, ainsi qu’à sa technique, le jeune peintre atteint rapidement un art grandiose. Il use, par ailleurs, d’un terrain inépuisable d’expérimentations, à travers le dessin notamment, ou encore l’eauforte. Ses analyses se tournent rapidement vers des personnages bibliques ou son entourage.

Rembrandt (1606-1669) Portrait de la princesse Amalia van Solms - 1632 - Huile sur toile - 68,5 x 55,5 cm Paris, Musée Jacquemart-André – Institut de France © Paris, musée Jacquemart-André - Institut de France / Studio Sébert Photographes

Rembrandt (1606-1669) Portrait de la princesse Amalia van Solms – 1632 – Huile sur toile – 68,5 x 55,5 cm Paris, Musée Jacquemart-André – Institut de France © Paris, musée Jacquemart-André – Institut de France / Studio Sébert Photographes

C’est avec le portrait d’Amalia van Solms – qui englobe la seconde partie de l’exposition – que l’on constate la résolution du peintre à ne pas flatter ses modèles. En effet, ses œuvres témoignent d’une recherche de vérité tant dans les gestes et que dans les attitudes. Si ses contemporains cherchaient à embellir la réalité, Rembrandt – réaliste à l’extrême – peint sans concession.

De même, l’exposition permet de rendre compte de sa dextérité en matière dessin : avec un puissant souci du détail, il donne une qualité presque photographique à ses portraits. Sa motivation : rendre les personnages vivants. Ainsi, nous pouvons percevoir le sang circuler sur ces visages, au moyen d’un traitement minutieux des rides, de la bouche, des yeux, et de la peau.

Portrait du père de Rembrandt (?) 1630 Eau-forte, 3e état 7,8 x 6,2 cm Paris, Fondation Custodia, collection Frits Lugt © Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris

Portrait du père de Rembrandt (?) 1630 Eau-forte, 3e état 7,8 x 6,2 cm Paris, Fondation Custodia, collection Frits Lugt © Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, Paris

 

Dans les ultimes années de création de Rembrandt, son art rassemble technique, finesse de l’expérimentation psychologique et liberté stylistique. Les fluctuations d’un état à l’autre figurent le travail de Rembrandt dans son souci de peindre l’Homme dans sa pluralité et ses contradictions, dans ses forces et ses faiblesses, et à témoigner d’une foi qui l’amène à représenter la vie dans des évocations qui s’inscrivent parmi les plus sublimes de l’art.

 

C’est alors qu’animées d’une lumière intérieure, les peintures présentées à cette exposition nous livrent un Rembrandt intime. Elle constitue une (re)découverte riche et magnifique de la vie et l’œuvre de Rembrandt.

 

Les + : Une concentration des œuvres du spécialiste du clair-obsur à ne pas manquer ! Et puis, il est toujours agréable de se rendre à Jacquemart-André, ce lieu bercé par l’art, avec son magnifique jardin d’hiver et son bel escalier d’honneur…

Les – : sorry, je cherche encore.

 

Noémie GUEZ

Site internet du musée : http://musee-jacquemart-andre.com/fr/rembrandt-intime

Adresse : 158 boulevard Haussmann, Paris 8ème

Ouvert du lundi au vendredi de 11h45 à 17h30 et à partir de 11h le samedi. Nocurne tous les lundis jusqu’à 19h.

Tarifs : Plein 13,50€, Réduit 10,50€.

Leave a Reply