Anne Delbée ressuscite Racine au Poche

anne-delbee

Mercredi soir au Poche-Montparnasse, le public entre dans l’ambiance feutrée de la salle du sous-sol. Une ambiance juste adaptée au seul en scène que l’on s’apprête à voir. Jouer seul est toujours un exercice périlleux pour un comédien tant il demande une présence scénique forte, un charisme qui ne peut faire défaut sous peine de laisser quelques spectateurs sur le bord de la route. Toutes les places qu’offre ce théâtre intimiste sont prises lorsqu’Anne Delbée entre en scène, rayonnante.

Pendant plus d’une heure, la comédienne redonne vie à Racine. Elle récite ses vers, en dissèque la scansion ; elle injecte du sens à des mots si bien connus qu’ils sont trop souvent machinalement récités.  Aucune pompe, aucune prétention, juste une tendresse communicative pour l’un des tragédiens français les plus célèbres. Elle déroule sa vie et la met face à son œuvre sans jamais tomber dans une cérébralité qui eût été pompeuse dans un tel contexte. Elle met Racine à nu et expose le reflet de ses tourments qui rôde dans son œuvre – méthode positiviste s’il en est, Sainte-Beuve n’aurait pas fait mieux. Le fond de la salle s’anime parfois d’un court clip en noir et blanc ; des corps en mouvement, des gros plans sur une peau nue, Anne Delbée émaille son spectacle de désir, qu’il soit platonique ou charnel, à l’image de celui qu’elle admire tant.

Emmanuel Orain

Crédits photo: Emmanuel Orain

Impossible de ne pas être emporté par un tel enthousiasme, savant qui plus est. Son amour de la langue et de la psychologie raciniennes offrent au spectateur le plus beau portrait possible pour aborder sereinement un monstre sacré du théâtre. Elle fait fi des conventions malhonnêtes, et traite l’auteur comme il devrait être traité : non pas comme un auteur ennuyeux qu’on déclamerait à en faire perdre leur substance aux mots, mais comme un homme passionné et passionnant. Et c’est dans les yeux d’Anne Delbée que l’on voit cette passion s’embraser lors de cette belle épopée d’une heure quinze.

Bertrand Brie

Leave a Reply