Prix Marcel Duchamp 2013 : Latifa Echakhch

LATIFA ECHAKHCH
L’air du temps - Prix Marcel Duchamp 2013
View of the exhibition, Centre Pompidou - Espace 315, Paris, 2014
 
© Latifa Echakhch
Photo. Fabrice Seixas
Courtesy de l’artiste et des galeries / Courtesy of the artist and the Galleries : Dvir, Tel Aviv ; kaufmann repetto, Milan ; kamel mennour, Paris ; Eva Presenhuber, Zurich

Le prix Marcel Duchamp est un prix récompensant un.e artiste français.e (ou résidant en France) contemporain.e, remis chaque année au cours de la FIAC. Outre la visibilité qu’offre un tel prix, il donne aussi le droit de présenter une œuvre au Centre Georges Pompidou, dans l’atelier 315, salle ouverte aux artistes vivants.

Ce fut le cas l’année passée pour Latifa Echakhch qui avait remporté le prix Marcel Duchamp lors de la FIAC pour son œuvre représentant un Modulor rempli d’une simple cible de cirque.

Latifa Echakhch Ciel standard, 2013 Plafond abaissé à 226 cm - hauteur standard du Modulor de Le Corbusier-, fils électriques dénudés, douille et ampoule.  4 x 5 m Le Modèle, 2013 Bois de tilleul assemblé, peinture acrylique et couteaux de lancer.  180 cm (diamètre) x 6 cm Vue de l’installation, Prix Marcel Duchamp, FIAC 2013, Grand Palais, Paris © Latifa Echakhch. Photo. Fabrice Seixas Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Latifa Echakhch
Ciel standard, 2013
Plafond abaissé à 226 cm – hauteur standard du Modulor de Le Corbusier-, fils électriques dénudés, douille et ampoule.
4 x 5 m
Le Modèle, 2013
Bois de tilleul assemblé, peinture acrylique et couteaux de lancer.
180 cm (diamètre) x 6 cm
Vue de l’installation, Prix Marcel Duchamp, FIAC 2013, Grand Palais, Paris
© Latifa Echakhch. Photo. Fabrice Seixas
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Cette année, le Centre Georges Pompidou l’invitait à présenter une œuvre, un paysage intéressant et dramatique. Grâce à son initiative, le visiteur a l’occasion de vivre une œuvre d’art contemporaine créée spécialement pour lui raconter des sentiments, des émotions, et des fragments de vie – un Air du Temps en somme.

Les plus :

  • Une magnifique œuvre d’art, certes unique mais qui est suffisament étendue pour permettre au visiteur de déambuler dans la salle au gré de ses envies.
  • L’utilisation de la peinture noire chez Latifa Echakhch est toujours puissante.
  • La possibilité de voir l’œuvre sur trois niveaux de lectures : à l’entrée de la salle, au centre de la salle, et au fond. Trois visions complémentaires et intéressantes.

Les moins :

  • Il s’agit d’un prix, donc d’une œuvre d’art unique. De ce fait, le spectateur est assez déçu de ne pouvoir contempler d’autres œuvres de Latifa Echakhch, considérée comme l’une des plus grandes artistes contemporaines de la scène française.
  • Le prix de 10 € pour voir cette seule œuvre. Profitez donc de l’occasion pour voir d’autres expositions (notamment celle de Frank Gehry qui est intéressante)

Pas de note : le rédacteur (un gros « bobo ») considère qu’on ne peut juger une création artistique unique.

LATIFA ECHAKHCH L’air du temps - Prix Marcel Duchamp 2013 View of the exhibition, Centre Pompidou - Espace 315, Paris, 2014   © Latifa Echakhch Photo. Fabrice Seixas Courtesy de l’artiste et des galeries / Courtesy of the artist and the Galleries : Dvir, Tel Aviv ; kaufmann repetto, Milan ; kamel mennour, Paris ; Eva Presenhuber, Zurich

LATIFA ECHAKHCH
L’air du temps – Prix Marcel Duchamp 2013
View of the exhibition, Centre Pompidou – Espace 315, Paris, 2014
© Latifa Echakhch
Photo. Fabrice Seixas
Courtesy de l’artiste et des galeries / Courtesy of the artist and the Galleries : Dvir, Tel Aviv ; kaufmann repetto, Milan ; kamel mennour, Paris ; Eva Presenhuber, Zurich

Après avoir payé 10€ pour visiter le Centre Pompidou, le visiteur rentre dans l’Espace 315. Un mur blanc présente l’artiste ; par l’un des deux côtés, on entre dans l’œuvre. Entrer est le terme car autour de lui, différents nuages noirs suspendus par des fils, eux-mêmes, noirs. Derrière chaque groupe de nuages un objet : ici une valise, des Que-Sais Je?, une rose des sables, un parfum de Nina Ricci – l’Air du Temps précisément … Un noir omniprésent, qui déchire chaque objet peint une partie en noir, l’autre étant laissé à son aspect initial.

Où que l’on se trouve, l’œuvre intrigue. D’un côté des nuages noirs qui sonnent faux, tels un spectacle de marionnette. Ces nuages suspendus sont tombés ici pour donner l’illusion du réel, alors que derrière chacun il y a un élément qui compose la vie… souvenirs cachés derrière la noirceur. De l’autre, les nuages colorés qui cachent cette réalité, l’air du temps composé de ces petits riens qui marquent. L’œuvre est donc aérienne d’un côté ; mais de l’autre révèle des objets de cet air du temps qui a marqué l’artiste.

LATIFA ECHAKHCH L’air du temps - Prix Marcel Duchamp 2013 View of the exhibition, Centre Pompidou - Espace 315, Paris, 2014 Flacon de parfum L’air du temps, encre de Chine, nuages de décor en bois, toile, peinture acrylique et fil d’acier  Dimensions variables © Latifa Echakhch © Photo. Fabrice Seixas Courtesy of the artist and the Galleries : Dvir, Tel Aviv ; kaufmann repetto, Milan ; kamel mennour, Paris ; Eva Presenhuber, Zurich

LATIFA ECHAKHCH
L’air du temps – Prix Marcel Duchamp 2013
View of the exhibition, Centre Pompidou – Espace 315, Paris, 2014
Flacon de parfum L’air du temps, encre de Chine, nuages de décor en bois, toile, peinture acrylique et fil d’acier
Dimensions variables
© Latifa Echakhch
© Photo. Fabrice Seixas
Courtesy of the artist and the Galleries : Dvir, Tel Aviv ; kaufmann repetto, Milan ; kamel mennour, Paris ; Eva Presenhuber, Zurich

En bref, Latifa Echakhch nous surprend dans cette salle. Peu de visiteurs, la possibilité de tourner sur soi-même et de voir le côté pesant de sa création : tout est fait pour que le spectateur ait le temps et l’espace suffisant pour appréhender, réfléchir et lire le travail de l’artiste. On ressort intrigué, marqué par la force artistique de ces réalisations. C’est là le talent de Latifa Echakhch : chaque œuvre parle au spectateur dans un art contemporain qui est parfois très éloigné de ce que l’on attend.

Dans sa veine de questionner le vivant, Latifa Echakhch revient à son utilisation du noir et de l’absence : comme sa série de Fantômes, elle rend très bien compte de l’absence et de la présence.

LATIFA ECHAKHCH Fantôme 2011  Chaty Vallauris mirror and old linen 135 x 83 x 15 cm   © Latifa Echakhch Photo. Fabrice Seixas Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

LATIFA ECHAKHCH
Fantôme
2011
Chaty Vallauris mirror and old linen
135 x 83 x 15 cm
© Latifa Echakhch
Photo. Fabrice Seixas
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Le seul regret est de ne pas avoir d’autres de ses créations : Latifa Echakhch à déjà 40 ans a un grand passé d’artiste derrière elle. Que ce soit ses œuvres picturales ou d’autres œuvres plus monumentales, une rétrospective au Musée Pompidou – comme Laps qui s’est tenu à Lyon au Musée d’Art Contemporain en 2013 – aurait permis aux visiteurs d’avoir un moyen de découvrir l’art contemporain au travers de cette grande artiste.

Pour voir l’œuvre filmée avec interview de Latifa Echakhch : http://www.centrepompidou.fr/id/cTzR85/rxxMdoG/fr 

Nicolas THERVET

Latifa Echakhch : Prix Marcel Duchamp 2013Latifa Echakhch, 2012.© Annik Wetter

8 octobre 2014 – 26 janvier 2015

de 11h00 à 21h00

Espace 315 – Centre Pompidou, Paris

13€, Tarif Réduit 10€

(Forfait donnant accès à toutes les expositions du musée)

Leave a Reply