Pourquoi il faut aller voir l’expo David Lynch à la Maison Européenne de la Photographie


Alors que des centaines de clichés d’Henri Cartier Bresson sont exposés au Centre Pompidou, la Maison Européenne de la Photographie nous offre une exposition intimiste, inquiétante et onirique.

A travers ces « Small Stories », David Lynch nous ouvre son univers dans toute sa complexité et ses obsessions.

Toutes ces images refusent une certaine idée de la qualité au sens photographique classique: le cadrage n’est pas « académique », le grain est grossier, les trucages  souvent (volontairement) sommaires.

David Lynch - small stories - photography

Lynch veut ainsi aller à l’essentiel. Se débarrassant des codes, son intention semble être de nous faire rentrer directement dans son univers via nos sensations et notre subconscient.

Les décors choisis, espaces vides et inquiétants dans lesquels les plafonds écrasants sont très présents peuvent représenter le psychisme de l’artiste. Certaines photographies font mouches, d’autres nous laissent de marbre. Les connexions se font ou ne se font pas, tout ne s’explique pas de façon rationnelle. Nous sommes ici dans le monde de l’inconscient.

David Lynch - small stories - photography

Ces images pourraient être des photogrammes de films inconnus ou à venir du cinéaste tant elles renvoient quasi toutes à l’œuvre cinématographique de Lynch. Impossible, bien sûr, de ne pas penser tout au long de cette exposition, à « Eraserhead », premier film devenu culte de Lynch qui contient à lui seul déjà toutes thématiques qu’il développera plus tard. On retrouve d’ailleurs dans l’ensemble des photographies exposées les qualités esthétiques  de ce film.

Les effets de surimpression et de transparence, très utilisés dans grand nombre de photographies ne sont pas sans rappeler d’ailleurs les premiers trucages de Georges Méliès. Ces deux artistes, pourtant éloignés dans le temps ont en commun un univers décalé, fantastique, poétique et inquiétant.

David Lynch - small stories - photography

Chaque image semble être le détail d’un tout, d’un concept qui parfois nous échappe.

Chaque image nous questionne sur notre propre interprétation de hors champs spatiaux et temporels :

Que s’est-il passé avant, que va-t-il se passer après ? Quel contre-champ ?

Chaque image interroge. Chaque image nous interpelle et renvoie au monde des rêves. Le dernier album de David Lynch  (Faut-il rappeler ici que cet artiste total est également musicien ?) ne s’appelle-t-il pas « The Big Dream » ?
Toute ces photographies relèvent d’une certaine atemporalité . Nous sommes dans un autre monde, celui des rêves (ou du cauchemar ?) fait de télescopages et d’anachronismes. Les décors, le traitement de l’image, le noir et blanc renvoient au passé. Pourtant, on ne peut pas passer à côté de la modernité et de l’avant-gardisme qui se dégage de l’ensemble de l’exposition.

David Lynch - small stories - photography

Quelquefois, nous ne savons plus trop si nous sommes en présence d’une œuvre plastique, d’une série de photos, ou d’une sorte d’autoportrait du photographe. Peut-être plus une expo sur David Lynch par David Lynch qu’une exposition de photographies au sens classique du terme, cette manifestation a le mérite d’offrir un élément de compréhension supplémentaire de l’univers d’un grand artiste touche à tout.

Denis Assalit

Infos Pratiques

Maison Européenne de la Photographie

Exposition « Small Stories » de David Lynch, du 15 janvier au 16 mars.

Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 19h45

Written By
More from artichaut

Après la tempête, ou la remise en question chez Hirokazu Kore-Eda

Présenté dans la sélection Un certain regard au dernier festival de Cannes,...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *