Place du Marché de l’Art // 04-04

On aura beaucoup parlé du nouveau film de Kim Chapiron cette semaine dans l’Artichaut. C’est essentiellement parce que on l’attendait depuis très longtemps, nous qui avons vu tout les courts métrages de Kourtrajmé (particulièrement les Frères Wanted, dont les rumeurs d’une adaptation en film vont bon train ). Mais aussi que Sheitan et Dog Pound ont bercé notre adolescence, au rythme de la musique de Ed Banger Records.

La Crème de la Crème avait tout pour nous plaire, si ce n’est la critique de HEC qui transparaissait du synopsis et de la bande annonce. Au final le film surprend par la parfaite combinaison de l’ingénuité du réalisateur et du génie créatif de Noa Debré, scénariste. Inattendu, c’est certainement ce qu’on retiendra de la Crème de la Crème. Campus movie hybride, boy meets girl avec un fond conscient. Chapiron prend un lieu cinématographique, les grandes écoles, et le tord selon sa perception. Chapiron prouve ainsi que son analyse de la jeunesse s’étend bien au delà de celle des marginaux.

Le grand avantage du cinéma de Chapiron est qu’il est très direct. S’il peut être critique ou analytique, il ne s’embarrasse pas d’effets de style ou de réflexions alambiquées. Cette spontanéité peut parfois rendre assez mal comme le prouve le montage de la bande annonce de son dernier film. Mais elle est assez rare dans le cinéma français actuel pour être une raison suffisante d’apprécier son cinéma.
Alors, si jamais le thème des écoles de commerce ne vous va pas, tournez vous vers Dog Pound et ses adolescents délinquants enfermés dans un cercle de violence, ou Sheitan, complètement délirant et présentant Vincent Cassel énergique comme jamais.
On vous laisse sur ce clip de La Caution; figurant dans Sheitan, et assez représentatif de ce à quoi il faut s’attendre avec Kim Chapiron.

Max Gueudet, Tristan du Puy

Leave a Reply