Paula, la rebelle aux pinceaux

Quiconque souhaite devenir artiste peintre devra faire preuve, en plus de talent, de persévérance et d’entêtement. D’autant plus si c’est une femme, qu’elle vit en Allemagne à l’aube du XXe siècle et qu’elle est méprisée par son professeur de peinture. Nous venons de dresser le portrait de Paula. Paula Becker, devenue Modersohn-Becker après s’être mariée à Otto, lui-même membre de la « colonie artistique » de Worpswede.

Si elle est maintenant reconnue comme l’une des premières femmes artistes (le Musée d’Art Moderne lui a d’ailleurs consacré une exposition en 2016), le parcours de Paula n’a rien d’un long fleuve tranquille. Son histoire est celle d’une femme qui cherche à s’émanciper, à la fois artistiquement, sentimentalement et physiquement. Elle quitte son époux Otto pour rejoindre Paris. Elle connaît là-bas une vie de bohème, comblée par les tendresses d’un homme et la reconnaissance enfin amorcée de son travail. Mais le retour soudain de son mari aura vite fait de tout chambouler dans son esprit. Paula ne sait plus ce qu’elle désire réellement. Elle se perd, se cherche, se retrouve, elle exprime ses envies et ses peurs à travers ses toiles. Elle peint frénétiquement, comme ayant conscience de la mort prématurée à laquelle elle se destine.

Paula est un biopic bien documenté réalisé par Christian Schwochow. Il aborde un thème essentiel, celui de l’émancipation artistique (mais pas seulement) des femmes au début du XXe siècle. Le personnage de Paula, joué par Carla Juri, est attachant pour son caractère effronté et sa sensibilité débordante. Malheureusement, elle bascule vite vers la caricature, tout comme la majorité des protagonistes du film. De nombreuses scènes semblent surjouées dans le seul but de servir la cause du film : dresser le portrait d’une artiste avant-gardiste qui se rebelle contre les barrières qu’on tente de lui opposer. Les décors et les costumes travaillés nous plongent directement dans l’ambiance brumeuse de la campagne de Worpswede, puis dans la vie bohème du Paris de l’époque. Mais l’ensemble du tableau est, encore une fois, un peu facile et stéréotypé.

Paula (AT) Regie: Christian Schwochow Kamera: Frank Lamm Szene 013 Paula malt die Schwangere mit Säugling. Mackensen geht vorbei. abgeb.: Paula Becker (Carla Juri), Fritz Mackensen (Nicki von Tempelhoff) Foto: Martin Valentin Menke
© Happiness Distribution

Le film de Christian Schwochow reste très intéressant dans l’ensemble puisqu’il met en lumière l’histoire chaotique d’une peintre exceptionnelle, Paula Modersohn-Becker. Il est d’ailleurs agréable de voir passer à l’écran les œuvres les plus célèbres de l’artiste. Puisque toute (re)découverte est bonne à prendre, nous vous conseillons tout de même de prendre le temps de voir ce biopic et de vous faire votre propre avis…

Gaelle

Bande-annonce : ici

Written By
More from artichaut

Pourquoi il faut aller voir l’expo Brassaï

Tu as passé une affreuse Saint Valentin ? Viens donc te consoler dans...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *