Maison mère

BDA de Sciences Po

▬ Partenaires financiers

JOLPRESS_Logo

 

 

Bred_Grand_Ze

 

 

 

 

 

 

 

▬  Médias partenaires

Arlequin +SD

Le cinéma l’Arlequin est né en décembre 1934, sous le nom Lux-Rennes, en lieu et place de la centrale électrique qui devait initialement s’ériger à cet endroit. Encastré dans les sous-sols d’un immeuble ultra-moderne de la Compagnie parisienne de distribution d’électricité, le cinéma se devait d’être à la pointe de la technologie. Possédant non seulement un foyer, un bar et une brasserie-restaurant, le Lux est une des premières salles à proposer la climatisation, dont l’imposante machine est visible parle public à travers une baie vitrée. Il est inauguré avec un film de Tramel, Le Père Lampion.
Au milieu des années 50 arrive un parrain de choix : Jacques Tati en personne reprend la salle et lui donne le nom de l’Arlequin. Le cinéma-spectacle est à l’honneur, particulièrement les films de Tati : Jour de Fête sera joué en couleurs avec lâcher de ballons à la fin, et Playtime présenté en 70mm. En 1970, le hall et la façade sont refaits à neuf.
Après divers changements de propriétaires, l’Arlequin change de nom en 1978 pour devenir le Cosmos. Ce cinéma sera jusqu’en 1991 la vitrine du cinéma soviétique.
Repris par les Ecrans de Paris dans les années 90, l’Arlequin reprend son nom et subit de profonds changements, avec l’aménagement de deux salles supplémentaires. Aujourd’hui, L’Arlequin regroupe le cinéma d’origine et l’ancienne boîte de nuit La Rose rouge, cabaret mythique des années 50. L’espace accueil bar, ancien emplacement de la Rose Rouge, a d’ailleurs été entièrement rénové en 2009, et une plaque commémorant l’histoire du lieu a été inaugurée.

 

 

JOLPRESS_Logo

La vague parallèle

PDC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LaboPop-LogoLogo Néoprisme

 

 

 

 

 

 

LOGOTELESCOPE

Comments

Leave a Reply