Performance gelée

Jean-Luc Beaujault

Quelques années après avoir joué P.P.P, « position parallèle au plancher », Phia Ménard le re-crée au Monfort, avec le Théâtre de la Ville. Différence notoire à la première version : Philippe est devenu Phia, et alors que c’était auparavant un homme qui jonglait, c’est désormais une femme.

Note : 4,75 artichauts sur 5

Jean-Luc Beaujault

Jean-Luc Beaujault

L’entrée du Monfort est noire de monde. Lorsqu’à 20h35 s’ouvrent enfin les portes de la salle, l’univers dans lequel on est porté détone de ce que l’on voit d’habitude. Sur scène, trois grands congélateurs, une robe à l’avant de la scène, des boules de glaces accrochées partout au plafond. A droite, Phia Ménard en manteau de fourrure, chapka sur la tête, assise sur un bloc de glace. Une boule de glace tombe et éclate, la salle s’éteint et les lumières s’allument. A partir de ce moment, ces espèces de masses gelées tombent régulièrement autour de la jongleuse qui s’échine à s’adapter à cet environnement instable.

Jean-Luc Beaujault

Jean-Luc Beaujault

Phia Ménard déambule avec humour en sous-vêtements après avoir fait tomber son manteau, laissant apparaître des formes très féminines. Elle joue avec la glace, la collant contre sa peau, jonglant avec de petites balles. C’est justement là le défi pour une circassienne : se servir d’une matière qui change en permanence, qui fond, goutte. Et c’est par cette glace qu’elle représente l’environnement hostile auquel elle est confrontée en tant que transsexuelle, mais également son changement de sexe, ses errances intérieures. A la fin du spectacle, elle l’éclate sous toutes ses formes, elle s’en moque, s’en joue, et enlevant finalement son soutien-gorge, elle se retourne pour laisse tomber deux prothèses de ses mains.

Elle nous emmène dans un voyage introspectif, dans sa vie, à la fois drôle, saisissant et émouvant ; et alors que la salle applaudit à tout rompre, elle dénonce la menace rampante envers les minorités, et notamment les transsexuels, pour enfin dire que son but durant ce spectacle n’était pas de nous faire voir quelque chose, mais de nous faire vivre une expérience. Pari plus que réussi.

Bertrand Brie

Leave a Reply