Nicht Schlafen, la fureur en plein coeur

Pour célébrer la réouverture de la MC93, c’est une pièce de choix que nous propose Hortense Archambault, à la tête de la maison depuis déjà un an. C’est en effet le célèbre chorégraphe Alain Platel qui est venu présenter sa nouvelle production, Nicht Schlafen, dans laquelle la tendresse n’est jamais bien loin de la violence.

L’œuvre s’ouvre avec comme perspective une structure monumentale faite de cadavres de chevaux morts dont les corps sont enchevêtrés sur une palette de bois. Autour, neuf danseurs silencieux. Mais ce calme rythmé par une douce mélopée ne saurait continuer trop longtemps sans être troublé par le déchirement des danseurs, qui, dans une scène d’extrême-violence, se battent et arrachent leurs vêtements respectifs. Les coups volent, les cris percent la salle et mettent les spectateurs dans un inconfort certains – quoiqu’on entend quelques rires un peu surprenants qui se détachent de la consternation générale. La brutalité saisit et ne nous lâche plus, les gestes sont tendus, fébriles.

33dsc-2999

C’est la loi du plus fort qui semble faire office de règle ici. Si quelques lueurs d’espoir semblent se détacher au fil de quelques scènes chorales, on ne saurait être trop prudent sur l’équilibre précaire que semble former le groupe. Celui-ci finit d’ailleurs par choisir un bouc-émissaire et s’acharne sur un David le Borgne déchiré par la violence environnante. Si quelques gestes d’attention, de tendresse se découpent parfois du chaos général, leur fébrilité nous laisse voir la fragilité d’une communauté menacée à tout moment d’éclatement ou de haine dirigée. Le regard porté sur le monde est inquiet quoiqu’optimiste puisque de l’ombre semble émerger une part de lumière ; l’œuvre d’Alain Platel se défait cela dit de tout angélisme en appelant à la prudence et en se faisant le chantre d’un humanisme attentif par ces moments faits de gestes bienveillants entre ces danseurs qui peuvent basculer d’une minute à l’autre.

Bertrand Brie

Photo: Chris van der Burght

Written By
More from artichaut

King Kong Théorie à la Pépinière

Courez au théâtre de La Pépinière avant la dernière de King Kong Théorie,...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *