Michel Kenna au Musée Carnavalet, encore un hommage à Paris ?

Passing Barge, Paris, France. 1988
© Michael Kenna - musée Carnavalet
Courtesy Galerie Camera Obscura

En ces temps de fêtes, nous avons l’occasion de nous arrêter, de recommencer à s’extasier, s’émerveiller sur la beauté qui nous entoure. La beauté ? La beauté de quoi ? De Paris. Cette ville, louée dans des poèmes, des chants, au cinéma et au théâtre, cette ville tant critiquée par ceux qui y vivent qu’ils en oublient leur chance. Les photos de Michel Kenna rappelle cette beauté à notre bon souvenir.

Les plus :

  • La possibilité de comparaison entre les peintures et les photographies, rassemblées dans la même pièce.
  • Le travail qui met en valeur les monument que l’on croise au quotidien, et nous oblige à les admirer.

Les moins :

  • Ce travail ne vise apparemment que l’esthétisme, ainsi les paysages sont déserts et offrent un vision idéalisée de la ville. Il n’y a pas de prise de position par rapport aux enjeux politiques.

Note : 3 artichauts sur 5

Tuileries Gardens, Study 5, Paris, France. 2004 © Michael Kenna - musée Carnavalet Courtesy Galerie Camera Obscura

Tuileries Gardens, Study 5, Paris, France. 2004
© Michael Kenna – musée Carnavalet
Courtesy Galerie Camera Obscura

Michel Kenna a fait don d’une quarantaine de ses tirages au Musée, portant la collections à environ 70 œuvres. Cet artiste américain a beaucoup voyagé, et a apparemment su garder un œil de touriste sur Paris. Il voit la ville et la photographie comme quelqu’un qui la découvre pour la première fois et ne veut voir que ses endroits les plus beaux. Le 1er arrondissement et la Tour Eiffel sont ainsi mis à l’honneur. Mais les photos témoignent d’un réel travail patient, au cours duquel le photographe a pris le temps de créer une atmosphère particulière, de dégager tantôt le mystère, tantôt la mélancolie de clichés a priori vu et revu.

Bookstalls, Study 2, Paris, France. 2011 © Michael Kenna - musée Carnavalet Courtesy Galerie Camera Obscura

Bookstalls, Study 2, Paris, France. 2011
© Michael Kenna – musée Carnavalet
Courtesy Galerie Camera Obscura

Les œuvres sont présentées dans une salle du musée pleine de peintures du XIXe décrivant des scènes de la vie parisienne. Le visiteur pourra donc comparer ces dernières, où les Parisiens sont peints, et font l’intérêt même des toiles, avec le Paris contemporain de Kenna, ( les photos ayant été prises entre 1990 et 2014), désert. Comparables aussi sont les modes de représentation d’un même objet, de la peinture à la photo.

 Alexia Beaujeux

Jusqu’au 1er février 2014

Au Musée Carnavalet, Musée de l’Histoire de Paris

Entrée gratuite

Leave a Reply