Les XS belges à Avignon

SAISON 1 / EPISODE 01 -

Le Jardin de la Vierge du Lycée Saint-Joseph est un habitué des petites formes : après avoir vu passer tous les Sujets à vif de la SACD, y sont présentés les XS tout droit venus du Théâtre National de Bruxelles. Son festival XS permet à des artistes à l’univers singulier de présenter des formes courtes mais non moins originales que spectacles les plus longs. Un des meilleurs moments de cette édition 2015 du Festival d’Avignon. (Photos: Christophe Raynaud de Lage)

Note : 4,5 sur 5 (la même note est attribuée aux trois spectacles)

Frozen - Photo: Christophe Raynaud de Lage

Frozen – Photo: Christophe Raynaud de Lage

Si les formes courtes sont souvent dévalorisées par rapport à leurs « grandes sœurs », beaucoup de celles qui furent présentées cette année n’ont pas à rougir par rapport à ces dernières. Pour les Sujets à vif, on pense notamment au génial Est de Pauline Peyrade et Justine Berthillot (Pauline Peyrade dont le texte Ctrl+X sera mis en scène par Cyril Teste au Centquatre la saison prochaine). Et les trois productions belges mettent également la barre très haute.

Le spectacle vivant en Belgique regorge de petites pépites, et elles en font partie. Frozen, Saison 1/Episode 1 Ce que le monde attend de vous c’est une histoire et La course vous embarquent dans leur univers pendant environ une demi-heure. Le premier met en scène la déroute de deux individus bien faits dans un environnement aseptisés. Tous deux s’engagent dans une lutte enragée pour récupérer un cœur qui palpite au fond d’une poubelle, et cette cantine classique passe d’une impeccable propreté à un champ de bataille. S’ensuit Saison 1/Episode 1, lecture empreinte d’un génial humour pince sans-rire. La comédienne lit imperturbablement sa prise d’otage fictive sans artifice aucun, si ce n’est un costume à paillettes et une belle présence scénique. Le dernier est sûrement le plus impressionnant techniquement. Deux comédiens évoquent avec une machine à coudre, deux petites figurines à vélo et une marionnette, l’histoire et la chute d’un jeune espoir du cyclisme.

LA COURSE -

LA COURSE – Photo: Christophe Raynaud de Lage

Ces trois XS donneraient envie d’en voir plus, et rappellent le dynamisme du théâtre belge. Nombreux sont les artistes belges qui se détachent avec brio du théâtre français, parmi lesquels le Raoul Collectif et notamment David Murgia et son spectacle Discours à la nation qui a tourné en France pendant presque trois ans, Armel Roussel et sa superbe Ondine (démontée) dont on a pu vous parler dans l’Artichaut, Wim Vandekeybus… et bien d’autres encore, tous encore trop mal connus du public français au vu de la qualité de leurs productions. A quand un peu plus de Belgique dans nos salles ? On espère au moins le Raoul Collectif lors de la saison 2016-2017 pour leur nouveau spectacle, Epitaphe, pour lequel ils ont présenté une étape de travail prometteuse durant Notre temps collectif au Théâtre de la Bastille.

Bertrand Brie

Leave a Reply