Les Arctic Monkeys mettent le feu au Zénith !

arctic-monkeys-2013

Alex Turner ne pouvait décidément pas laisser pas laisser son public parisien sur le carreau ! Mais après une semaine de récupération de sa laryngite (entendez là annulation de tous les concerts de la semaine dernière), le chanteur des Arctic Monkeys était juste dans une forme olympique pour les deux concerts du groupe au Zénith de Paris jeudi et vendredi soir (7 et 8 novembre 2013).

Il faut dire que les Arctic Monkeys ont un sacré talent pour se faire désirer ! Entre le risque
d’annulation à cause de l’état de santé de son leader (on aurait jamais cru qu’une laryngite puisse clouer quelqu’un au lit pendant une semaine, mais il semble que cela soit la peste des rock stars) et une première partie insipide et interminable, un mélange d’angoisse et d’excitation m’a tenu les trippes jusqu’au bout.

Screen-Shot-2013-01-10-at-18.11.17

Qui veut ressembler à pépé ? The Strypes, jeune groupe irlandais, est une caricature parfaite des groupes rock/blues, une pauvre singerie imitant les Rolling Stones ou les Yardbirds, dans le style seulement (et avec un sérieux manque de fun… malheureusement), car la qualité ne suivait pas. A grand coup de lunettes de soleil, de deux solos de guitare (interminables) par morceau et de coupes de cheveux à la Beatles, les Strypes m’ont laissé relativement indifférent… Mais laissons donc un peu de temps à ses jeunes irlandais (en espérant que leur tête leur permettent encore de passer à travers les portes du Zénith !).

Les singes qui font fondre la glace. Mais ils étaient bien là, ceux que tous attendaient ! Animés d’une pêche d’enfer ! Les Arctic Monkeys lancent le show avec la lente et puissante mélodie de Do I Wanna Know ? extrait du très bon dernier album AM. C’est un Zénith plein à craquer qui s’est enflammé lorsque les Arctic Monkeys ont pioché dans les grands succès de leurs quatre précédents albums (Brianstorm, Don’t Sit Down ‘Cause I’ve Moved Your Chair, I Bet You Look Good On The Dance Floor) parfaitement interpréter par le groupe au top de leur forme (un peu normal après une semaine de vacances forcées). Et comme un bon concert de rock n’est pas un bon concert de rock sans une ambiance survoltée aux premiers rangs, je n’ai pas été déçu de ce côté là non plus. Pas de Rock fort sans pogo ! Tout cela sans compter le sensuel déhanché d’Alex Turner et du coup de peigne dans la banane pour clouer les filles sur place ! C’est pas au vieux singe…

Why’d You Only Call Me When You’re High : http://www.youtube.com/watch?v=6366dxFf-Os

R U Mine : http://www.youtube.com/watch?v=VQH8ZTgna3Q

Hugo del Arte

Leave a Reply