Les 36e Rencontres Transmusicales de Rennes – Le festival qui te fera utiliser le mot « découverte » bien trop souvent …

trans_musicales_2014

Du 4 au 6 décembre j’étais aux 36e Rencontres Transmusicales de Rennes, on s’occupe comme on peut. Qu’est-ce que les « Trans » ? Pourquoi est-ce un festival absolument splendide ? Si vous voulez savoir pourquoi, restez bien accrochés à votre clavier et faites péter la souris !

Par soucis de recontextualisation, les Transmucicales sont un projet qui voit le jour en 1979 et qui, initialement, avait pour ambition de révéler la scène rock locale (s’inscrit au beau milieu de la mouvance post-punk et rock industriel). Réel tremplin pour les artistes en devenir, les Transmusicales de Rennes s’imposent en tant que LE festival des musiques actuelles et s’ouvrent rapidement à une scène plus large. Une valeur sûre qui a su prouver sa capacité à administrer à son public une bonne dose de découvertes surprenantes. On peut notamment penser à Etienne Daho (1980), Noir Désir (1986), Nirvana (1991) ou encore Justice (2006).

En quelques chiffres, cette année les « Trans » ont rassemblé 64 000 participants, que ça soit des professionnels ou des spectateurs (chose qui confirme la particularité de ce festival quant à sa capacité à compter un public particulièrement diversifié). Enfin, 316 artistes étaient présents dont 71% signés chez un label indépendant, 15% en autoproduction et seulement 3% signés chez une major.

Il est aussi important de noter que c’est le seul festival qui occupe le créneau « début décembre », qui plus est en Bretagne (c’est pas comme si c’était la région qui baignait le plus dans le soleil à cette période), et qui propose une line-up complètement capillotractée parce qu’on connait grand max, allez, trois groupes ? Ce qui est formidable c’est que ça n’a pas d’importance. On y va et on sait que ça va être génial.

A titre d’exemple, en attendant d’aller assommer Grand Blanc avec mes questions, (tout vient à point qui sait attendre – teeeaasing), je suis tout simplement allée vagabonder au Liberté, (l’un des lieux qui propose des représentations mais aussi qui abrite l’espace presse – c’est surtout ça en fait), avec la ferme intention de peaufiner mes questions. En quête d’un endroit où m’installer confortablement, car la productivité est corrélée au niveau de confort, c’est connu, je me fais interpeller par des chaises longues savamment disposées en face d’une scène. Ni une, ni deux, me voilà bien installée, ma productivité atteint des sommets !  Néanmoins, je me rends rapidement compte que ça ne va pas durer très longtemps, un groupe se prépare à donner une représentation. « C’est pas ce qui va te déconcentrer », me dis-je, naïvement. Jusqu’au moment où me voilà fortement décontenancée par ce groupe qui répand une énergie très communicative sur une proto-indie-pop-punk absolument grandiose. Je remercie donc Puts Marie de m’avoir violement empêché de parfaire mes questions ou du moins d’en trouver des pas trop nulles. BIG UP.

Enfin, je tenais à officialiser mon énorme coup de cœur pour la prestation de Rone. Une pure claque comme on aimerait en prendre tous les jours.

Pour la présentation de son 3e album, Creatures, dont la date de sortie est prévue le 9 février 2015, sa création live était tout simplement bluffante, une scénographie millimétrée en parfaite adéquation avec les titres proposés. On pourra notamment découvrir « Mortelle » avec la participation d’Etienne Daho ou encore « Quitter la ville » avec Frànçois Marry de Frànçois and the Atla Mountain.

rone_trans_1

Photo de Gwendal Le Flem

 

Un hall comble de 6 000 personnes invitées à entrer dans un univers qui réserve bien des surprises et où la techno est ambivalente jouant de romance et de progressions rythmées. Le show commence avec « Freaks », issu de l’album à venir, et plonge le hall dans une atmosphère particulièrement sombre mais loin d’être désagréable. Toujours issus de Creatures, Rone enivre une foule survoltée sur « Sing Song » puis « (00) ». Conclusion : rendez-vous le 9 février pour découvrir l’intégralité de cet album qui en a déjà conquis plus d’un !

Maywenn Vernet

SURTOUT, vous pouvez d’ores et déjà noter sur votre agenda aux dates du 2, 3, 4, 5 et 6 décembre 2015 les mots suivants : 37e Rencontres Transmusicales de Rennes.

http://www.putsmarie.com/

 

Leave a Reply