David August au YOYO

429153_yoyo-palais-de-tokyo-birthday-party-1-year-avec-david-august-live_140904

Vendredi 19 septembre, on s’est rendus au Yoyo, une des seules boîtes au monde située dans un musée d’art moderne, qui célébrait sa première année d’existence. A l’occasion, l’ancienne salle de cinéma du Palais de Tokyo accueillait David August.

Le lieu

Malgré la programmation parisienne du weekend dernier à en faire pâlir d’envie Berlin, beaucoup de petits malins comme nous avaient choisi de fêter les un an du Yoyo, et on a bien failli mourir piétinés par la horde de gens paniqués à l’idée que David August ait pu commencer sans eux. Comme dans toute queue qui se respecte en France, il y eut beaucoup de tentatives d’enjambement des « barrières », de gens prétextant avoir des amis plus loin pour se faufiler, sans parler de ceux qui se frayaient un chemin en se tenant la main.

Une fois rentré cependant, on peut difficilement faire mieux que le Yoyo en matière de boîte couverte : malgré l’affluence, on n’y meurt pas de chaud, on ne se fait pas trop renverser de verres dessus, les toilettes sont propres et jamais bondées, le fumoir est à l’air libre (spéciale dédicace au Rex). Et puis, il y a une boule à facette posée sur la scène, avec de beaux jeux de lumière, et un vidéo projecteur (rappelant la fonction originelle de la salle), qui projette David August en train de mixer en haut, style boiler room.

La musique

Pour ceux qui ne connaissent pas David August, admirez ce petit jeunot à l’oeuvre :

Maintenant tentez d’imaginer que c’est encore meilleur en live. C’est tellement prenant qu’on sourit bêtement en dansant, qu’on tolère plus facilement qu’ailleurs les gros relous qui s’immiscent dans chaque soirée (notamment ceux qui transpirent en débardeur et qui nonchalamment s’essuient un peu sur toi à chaque mouvement), et que quand on regarde l’heure c’est pour se rassurer et se dire que c’est bon, il va pas partir tout de suite.

On a aussi découvert la DJette russe Fleyta qui a réussi l’exploit de ré-ambiancer les gens qui restaient après le départ de David August.

L’ambiance

On y voit de tout. Des gens statiques qui manifestement ne sont pas venus pour la musique (« tiens c’est qui ? C’est pas mal ça »), des gens qui dansent carrément bizarrement (« bah quoi y a la place ») et des gens qui te collent leur sucette achetée devant les toilettes dans les cheveux (« oh ça va »). On a également assisté à l’inauguration d’un nouveau type de danse, hotdog à la main (parce que oui, il y avait aussi un stand hotdog). On a donc pas su identifier de tendance générale, les gens étant probablement désemparés face au grand dilemme de la soirée – se tourner vers le vrai David August, ou sa projection à l’écran.

Vous avez envie de tester ? http://yoyo-paris.com

Cécile

Leave a Reply