Gogol en Commedia

Le révizor@Dominique Vallès

En parallèle du Révizor du Lucernaire, Paula Giusti s’installe jusqu’au 15 février au Théâtre de la Tempête avec sa compagnie, à la Cartoucherie. Elle assume des partis pris originaux, mais qui n’atteignent pas l’effet escompté.

Note : 3 artichauts sur 5

Le Révizor@Dominique Vallès

La pièce commence par une réunion organisée par le bourgmestre d’une modeste ville de province avec quelques notables. Tous ont reçu l’annonce qu’est arrivé en ville un fonctionnaire de Pétersbourg, et cette nomenklatura pourrie craint pour sa position. C’est alors que les soupçons se dirigent vers un jeune homme logé à l’auberge, qui n’est en fait qu’un homme de foire fauché accompagné de son domestique, Ossip. Ce Khlestakov se prend donc au jeu, et se fait entretenir par le bourgmestre, sa famille et les notables, qui chacun accusent les autres d’être négligents. Alors qu’il promet de se fiancer avec la fille du bourgmestre, il s’enfuit avec Ossip tandis que les notables s’aperçoivent le lendemain de la supercherie et découvrent le véritable fonctionnaire.

Le Révizor @Dominique Vallès

Paula Giusti choisit ici de représenter le tableau acide de Gogol dans une espèce de Commedia dell’Arte rythmée, mais qui prend difficilement. Tous les acteurs sont grimés, et adoptent tous les codes de la Commedia : le changement de voix, les visages et les corps très expressifs… si la bouffonnerie dépeinte n’en est que renforcée, cela édulcore en partie la critique acerbe d’une petite aristocratie de province opportuniste. Ces faux nez, voix criardes, et grimaces ne convainquent pas toujours, mais l’on apprécie malgré tout le texte.

Il faut cela dit souligner la prise de risque qu’était la représentation de Khlestakov en marionnette. Maniée à la perfection par Dominique Cattani, mais parfois également collectivement, elle surprend agréablement, et est fort bien intégrée. Cela dit, cela n’est pas sans inconvénients, la marionnette brouillant en partie la nature du personnage de Khlestakov. Si elle est sans aucun doute une excellente idée, elle complexifie la bonne compréhension de la pièce.

Malgré des partis pris courageux et souvent bien menés, la pièce a du mal à décoller, et si elle est à conseiller aux amateurs de Commedia dell’Arte, elle peine à convaincre.

Bertrand Brie

Au Théâtre de la Tempête jusqu’au 15 février

Leave a Reply