Interstellar – Christopher Nolan

interstellar affiche

Interstellar
Garder les pieds sur Terre en contemplant l’univers
4,5 / 5 artichauts

On pourrait certainement le qualifier de blockbuster cérébral. Le nouveau film de Christopher Nolan, réalisateur s’attaquant toujours à des sujets complexes et questionnant l’humanité, tel la mémoire pour Memento ou le rêve dans Inception, plonge aujourd’hui dans l’espace et le temps avec Interstellar.
Dans un certain futur, qui n’est pas daté, l’humanité fait face à de grandes pénuries alimentaires et est régulièrement victime de tempêtes de poussières, la privant d’air pur. La solution choisie par les hommes est de mettre de côté machines, technologies et ingénieurs, afin de revenir au travail intensif de la terre afin d’accroitre les provisions alimentaires. C’est le cas de Cooper (Matthew McConaughey), ancien astronaute, aujourd’hui propriétaire de sa ferme, qui élève son fils Tom et sa fille Murphy avec l’aide de son beau-père, à la suite de la mort de sa femme. Un jour, une série de phénomènes anormaux surviennent chez cette famille, un fantôme essaierait de communiquer avec Murphy. Une fois décrypté, le message les guide jusqu’à la base secrète de la NASA. Cooper se retrouve alors au cœur d’une mission spatiale ayant pour but de sauver l’espèce humaine : traverser une faille spatio temporelle pour trouver une nouvelle planète, dans une autre galaxie, sur laquelle la vie des hommes est possible, il sera notamment accompagné par Brand (Anne Hathaway).

interstellar 1
Ce film a la particularité d’avoir été tourné sur pellicule, en 35mm, format commun, et en 70mm, format pelliculaire offrant une plus large capture à la lumière. L’expérience de la projection du film en 35mm est certainement plus riche que la version numérique. En effet, le spectateur est face au paradoxe d’un film élaboré sur une technique ancienne du cinéma, donnant à l’image un grain et une lumière particulièrement caractéristique des premiers films colorés, tout en nous racontant une histoire futuriste où joue des acteurs contemporains. Finalement, la technique du film de Christopher Nolan résume assez bien le thème principal de l’ensemble de son nouveau film : le temps. Par la technique, il mélange pour le spectateur trois degré temporel mais relativement proche les uns des autres. Tandis que les astronautes du film font face à plusieurs dilemmes : savoir s’il est avantageux de se rendre sur une planète où une heure de vie équivaut à plusieurs décennies sur Terre.
Au-delà du facteur temps qui semble être la principale faiblesse de l’homme à travers ce film, c’est également une réflexion sur l’humanité et l’individualisme que livre Christopher Nolan. Les personnages seront sans cesse tiraillés entre leur propre intérêt et celui de l’espèce. Cela revient à se demander s’il est possible de se sacrifier consciemment pour une cause supérieure en tout point à nous même. Des dizaines de personnalités différentes se rencontreront dans ce film et illustreront une facette de réponse à cette question.

interstellar 2
Ce nouveau film est littéralement scotchant, tant par l’image riche de lumière saturée, de failles inter temporelles, et de 5ème dimension, nous donnant réellement la sensation d’être à bord d’une navette spatiale, que par les évènements, de plus en plus irréalistes à notre échelle terrestre, qui se déroulent de manière de plus en plus accélérée. Des plans tout à fait improbables parsèment ce film, telle une navette spatiale, toute petite et perdue dans le flot de l’univers, ou encore des plans d’intérieur de navettes, filmant les personnages à l’horizontal.

Ce film a aussi pour particularité d’arrêter de vanter les progrès des hommes et de montrer que même si l’homme arrive à tous contrôler à son échelle, il y aura toujours des questions auxquelles il ne pourra jamais répondre.

Un film qui vous fera regarder les étoiles autrement.

Chloé Triquet

Leave a Reply