Héritages – Philippe Aractingi

580276

Dans le cadre du Partenariat avec le PAF ! (Pôle Art Filmique), un membre de l’équipe vous livre un article sur le cinéma chaque semaine.

Philippe Aractingi est franco-libanais, mais il ne sait pas choisir entre sa terre natale et sa terre d’accueil.
Dès l’enfance, il a vécu et subi la guerre, pourtant, il ne peut se résoudre à abandonner un pays qui l’a pourtant agressé et poussé à l’exil.

Son passé l’obsède, il court après, il s’y enfonce avec délice et douleur, cherchant indéfiniment une réponse à ses interrogations. Cependant, la terre du Liban ne répond pas, elle est muette et surtout très loin. Coincé dans un pavillon de la banlieue parisienne, il ne pense qu’à une chose : revenir.

Oui, Héritages est un film sur l’exil, le mal du pays et l’errance.

Cependant, et c’est là la grandeur du personnage, Philippe Aractingi dépasse cet horizon un peu étroit et personnel de la terre perdue.
Il rumine le passé certes, mais il rumine en famille. Il s’agit pour lui de retracer les vas-et-vient de ses ainés entre la Turquie, l’Egypte, le Liban et puis la France ; sa femme et ses trois enfants l’accompagnent dans ce voyage, reprenant les rôles des oncles, des grands-mères et des neveux. Véritable voyage initiatique pour chaque membre de la famille, le film s’attaque à la transmission et au rapport que des individus peuvent entretenir avec une histoire collective.

Mélange étonnant d’images, de vidéos d’archive incrustées par les figures de nos héros, photos prises à l’arrachée, dessins, Héritages est un objet cinématographique non identifié.

En deux heures et sept chapitres, Philippe Aractingi nous montre tout. Sa famille, ses amis, ses doutes et ses erreurs. Pendant quatre ans, il a filmé son quotidien, pris par une peur viscérale d’oublier ; des moments tellement précieux qu’on les compte sur les doigts de la main ; le dégoût de son fils lorsqu’il lui montre les douilles conservées précieusement et exposées une trentaine d’années plus tard ; des perles de la petite Eve, à peine dix ans et pourtant d’une lucidité effarante quant à la guerre et ce qu’elle implique.

Parfois un brin moralisateur, Philippe Aractingi propose un album de famille, c’est-à-dire un ensemble brut et attendrissant. Une famille comme il en existe tant d’autres, et qui a dû, comme toutes, porter le bagage de son histoire, tout en continuant d’avancer.

Léna Pican

Héritages sortira le 28 octobre 2015 au cinéma.

Leave a Reply