Festival de Cannes 2014 – Décryptage de la Sélection Un Certain Regard (Partie 1)

Un Certain Regard est une section de la sélection officielle du Festival de Cannes. Créée en 1978, elle présente en parallèle de la Compétition des films atypiques ou des réalisateurs encore peu connus. Thierry FRÉMAUX l’a ainsi décrite comme une « contre-programmation de la sélection officielle », non sans esprit mutin. Un Certain Regard offre cinq prix, dont le prix Un Certain Regard, décerné en 2013 à L’image manquante du cinéaste cambodgien Rithy PANH.

Cette année, dix-neuf films sont en compétition. Sept premiers longs-métrage seront présentés, dont le film d’ouverture ; Party Girl du trio de jeunes cinéastes Samuel THEIS, Claire BURGER et Marie AMACHOUKELI. Les français Mathieu AMALRIC et Pascale FERRAN, ainsi que l’allemand Wim WENDERS figurent parmi les réalisateurs les plus connus. On remarque le caractère international de la sélection, qui mêle notamment cinéma argentin (Lisandro ALONSO), espagnol (Jaime ROSALES), hollandais (Robert de HEER), suédois (Ruben OSTLÜND) ou encore coréen (Joo-Ri JUNG). Avec sept réalisatrices sélectionnées, Un Certain Regard fait un peu mieux que la Compétition (deux réalisatrices) en termes de parité.

Si la composition du jury est encore inconnue, on sait qu’il sera présidé par le réalisateur et producteur argentin Pablo TRAPERO.

L’Artichaut vous propose un décryptage de la sélection Un Certain Regard, film par film, dans leur ordre alphabétique, en deux parties.

Ouverture : Party Girl, de Marie AMACHOUKELI

 

Marie AMACHOUKELI est une réalisatrice française née en 1979. Diplômée d’un DEA d’Histoire, elle suit finalement la formation du département scénario de la FEMIS. Elle en sort diplômée en 2007. L’année suivante, elle participe à l’écriture et à la mise en scène du film de Claire BURGER et Samuel THEIS Forbach, second prix de la Cinéfondation pour les courts-métrages au Festival de Cannes. En 2009, et toujours en collaboration avec Claire BURGER, leur film C’est gratuit pour les filles obtient le César du meilleur court-métrage. Ensemble, le trio de Forbach réalise son premier long-métrage avec Party Girl, librement inspiré d’Angélique, entraineuse de boîte de nuit âgée de 60 ans, et mère de Samuel THEIS. Plus précisément, l’intrigue du film s’axe sur le moment où cette dernière accepte, sur un coup de tête, de se marier à l’un de ses fidèles clients. Rendez-vous donc le 15 Mai prochain pour sa projection en ouverture d’ « Un Certain Regard ».

marie-amachoukeli-party-girl-cannes-2014-710x399-4779

 Angélique, entraineuse de boîte de nuit de 60 ans, dans Party Girl, de Marie AMACHOUKELI

(Source : http://www.passion-cinema.com)

 

Jauja de Lisandro ALONSO

 

Le réalisateur argentin Lisandro ALONSO, dont les films sont souvent de facture radicale et poétique, est un habitué de Cannes. Il faisait partie de la sélection Un Certain Regard en 2001 avec La Libertad, son premier long métrage, et de la Quinzaine des Réalisateurs en 2004 et 2006 pour Les deux morts et Ghost. Trois ans après son dernier long-métrage, Liverpool (2011), il revient ici avec un film qui marque le passage entre le passé, le présent et un espace-temps mental, à travers un voyage entre le Danemark et l’Argentine – on y verra notamment l’acteur Viggo MORTENSEN (Portrait de femme, L’impasse, Meurtre parfait)

 Pablo-Alonso-Vigo-Mortensen-Duenos_CLAIMA20140417_0158_4

Lisandro ALONSO sur le tournage de Jauja

 (Source : http://www.clarin.com)

 

La chambre bleue de Mathieu AMALRIC

 

Acteur et réalisateur français incontournable, Mathieu AMALRIC était déjà présent à Cannes en 2013, dans Vénus à la fourrure de Roman POLANSKI et Jimmy P. de Georges DEVEREUX, tous deux en compétition officielle. Il porte ici la double-casquette de réalisateur-acteur, pour adapter le roman policier La chambre bleue écrit par Georges SIMENON dans un film éponyme où il jouera accompagné de Léa DRUCKER. Ce récit « fulgurant », selon Thierry FRÉMAUX, d’un amour adultérin qui vire au crime a toutes les chances d’être remarqué. D’autant que Mathieu Amalric a déjà été primé à Cannes ; Tournée a reçu en 2010 le prix de la mise en scène en Compétition officielle.

amalric chambre bleue

 L’une des premières images du film

(Source : http://i1.wp.com/publikart.net)

 

L’incomprise, d’Asia ARGENTO

 

Asia ARGENTO, fille du maitre du cinéma érotico-horrifique italien Dario ARGENTO, a d’abord été reconnu en tant qu’actrice. C’est à ce titre qu’elle fréquente Cannes, dès 1993 au côté de son père, puis en 2006 en tant que membre du casting de Transylvania de Tony GATLIF. Lors de la 60° édition du Festival, elle joue dans trois films présentés en compétition officielle. En 2008, elle y est à nouveau présente, dans le film De la Guerre, de Bertrand BONNELLO, lui aussi présent de façon régulière sur la croisette ces dernières années. En 2009, elle est membre du jury du Festival, sous la direction d’Isabelle HUPPERT. En parallèle à sa carrière d’actrice Asia ARGENTO réalise plusieurs longs-métrages depuis le début des années 2000, dont Scarlet Diva (2000), et Le livre de Jérémie (2004). Avec la sélection de son nouveau film, L’incomprise, pour « Un Certain Regard », la jeune femme est donc pour la première fois plébiscitée à Cannes en tant que réalisatrice. Les informations en lien avec le synopsis de L’incomprise sont, pour le moment, pour le moins lacunaires : Aria a neuf ans et un rêve : être aimée de ses parents. Charlotte Gainsbourg, autre habituée du tapis rouge cannois, incarne la mère de cette petite fille. Les talents d’actrice de cette dernière étant largement reconnus par la critique, elle a toutes ses chances d’être directement en lice pour l’obtention du prix d’interprétation féminine d’ « Un Certain Regard ».

incomprise_img_02

Charlotte GAINSBOURG interprète la mère d’Aria, fillette désespérément en recherche de l’amour de ses parents, dans L’incomprise, d’Asia ARGENTO

(Source : http://paradisfilms.com)

 

Titli, de Kanu BEHL

 

Kanu BEHL est un réalisateur indien. Diplômé de Cinéma, il participe en 2007 au « Talent Campus » du Festival de Cinéma berlinois « La Berlinale ». La même année, son documentaire An Actor Prepares est sélectionné dans le cadre du festival français « Cinéma du Réel ». Il continue de produire et de réaliser, par la suite, des documentaires. Titli est le premier film sur lequel il travaille en son nom seul. L’histoire prend place dans la « face cachée » de Delhi, où Titli, le plus jeune membre d’une violente confrérie de car-jacking, tente d’échapper au business familial. À son sujet, le producteur de Titli dit de ce dernier qu’il est directement centré sur la problématique du patriarcat, ce qui rend à la fois son propos très personnel mais aussi profondément universel. Le résultat s’intègre parfaitement dans la lignée de l’extravagance propre au cinéma « Bollywood », tout en s’inscrivant dans l’avant-garde du nouveau cinéma indien. Le long-métrage est en compétition pour la Caméra d’Or dans le cadre d’  « Un Certain Regard », qui récompense le meilleur premier film de tout le Festival.

main-titli

La bande organisée fraternelle de Titli, de Kanu BEHL

(Source : http://moifightclub.files.wordpress.com)

 

Eleanor Rigby, de Ned BENSON

 

Eleanor Rigby est le premier long-métrage de Ned BENSON, new-yorkais d’origine et diplômé de l’Université de Columbia. Il est l’auteur de trois courts-métrages, dont Four Lean Hounds (2003). Eleanor Rigby n’étant pas encore sorti en salles, c’est une version condensée de deux heures qui sera présentée dans la sélection officielle « Un Certain Regard ». Ce film raconte l’histoire d’un couple marié, formé d’Eleanor, interprétée par Jessica CHASTAIN (The Help, Zero Dark Thirty) et Connor, joué par James McAVOY (Atonement, The Last King of Scotland) confronté à la mort de leur enfant. Tous deux le vivront de différentes manières, Eleanor laissant exploser sa peine au grand jour par la distance et la dépression, tandis que Conor tente d’intérioriser la sienne. Originellement titré The disappearance of Eleanor Rigby, le film est destiné à être divisé en deux volets. Le premier, Him, se place du point de vue de Connor, et le second, Her, du point de vue d’Eleanor. Si l’on ne peut s’empêcher de penser à la chanson culte des Beatles, cette dernière n’est cependant pas présente dans la bande originale du film. Selon le réalisateur, dans une interview donnée au magazine Rolling Stone, le choix de nommer d’après celle-ci l’un des personnages principaux de son long-métrage est directement inspiré de ses propres souvenirs d’enfance, lorsque ses parents écoutaient les Beatles lors de trajets en voiture. Pour Ned BENSON, « Eleanor Rigby » exprime avec force ce « sentiment générationnel qu’est la solitude ». Il n’en reste pas moins que la musique tient une place de choix dans sa construction narrative. Eleanor Rigby a été diffusé une première fois comme un film « en cours d’élaboration » au Festival International de Film de Toronto en 2013, où il avait été particulièrement remarqué. Reste à voir si un accueil aussi favorable sera dédié à sa version quasi-finale lors de sa projection à Cannes.

eleanor2

Connor et Eleanor, couple mis à l’épreuve par la mort de son enfant dans Eleanor Rigby, de Ned BENSON

(Source : http://exclaim.ca)

 

Bird People de Pascale FERRAN

 

Déjà attendu à Cannes en 2013, Bird People raconte la rencontre improbable entre un ingénieur américain et une femme de ménage dans un hôtel international proche de Roissy. Alors que le premier décide changer le cours de sa vie, l’existence de la deuxième bascule à la suite d’un événement surnaturel. Ce qui s’annonce être un drame fantastique intrigant verra jouer Josh CHARLES, acteur américain de série (The Good Wife) ou encore Mathieu AMALRIC. Huit ans après son dernier film, Lady Chatterley (César du meilleur film en 2007), Pascale FERRAN est très attendue. Souvent comparée à Alain RESNAIS pour son ambition stylistique et sa finesse psychologique, elle a notamment remporté la Caméra d’or à Cannes en 1994 pour son premier long métrage, Petits arrangements avec les morts.

pascale ferran bird people

(Source : http://fr.web.img3.acsta.net)

 

Lost River, de Ryan GOSLING

 

C’est aussi pour un premier film que concourt Ryan GOSLING dans « Un Certain Regard ». À cette occasion, il se rendra pour la première fois à Cannes en tant que réalisateur. On l’avait découvert une première fois sur la croisette en tant qu’acteur lors de l’édition 2011 du Festival. Il tenait alors le rôle principal du film Drive, de Nicolas Windind REFN, lauréat du prix de la mise en scène de la compétition officielle. Lost River, dont seule une énigmatique première image de la tête d’un enfant entourée d’une bulle hybride entre la tête de mort et la méduse, a à ce jour été diffusée. Du côté de l’intrigue, Billy est une jeune mère célibataire en charge de ses deux enfants, interprétée par Christina HENDRICKS (connue pour son rôle dans la série à succès Mad Men). Cette dernière se trouve progressivement entrainée vers les bas-fonds de la ville quasi fantomatique dans laquelle elle et ses enfants résident. Son fils ainé, Bones, découvre en parallèle un monde fantastique aussi sombre qu’inquiétant, dont l’un des chemins mène vers une mystérieuse cité engloutie. Par cette étrange découverte, Billy et les siens se trouvent désormais confrontés à de graves dangers. GOSLING et Lost River sont très certainement amenés à former la caution célèbre de cette sélection, et sont d’entrée de jeu très attendues par la critique et les festivaliers.

PHO792eaf48-c718-11e3-9e04-8e7d75977f12-805x453

L’intrigante première image du film Lost River, première réalisation de Ryan GOSLING

(Source : http://www.lefigaro.fr)

 

Amour fou, de Jessica HAUSNER

 

Jessica HAUSNER, fille du peintre viennois Rudolf HAUSNER, fait ses premières armes à l’Académie du Cinéma de Vienne, où elle suit les cours de Michael HANEKE, plusieurs fois palmé à Cannes. Elle est script sur le tournage de son film Funny Games (1997). En 1998, son moyen-métrage Inter-view, brosse le portrait d’ « être décalés et solitaires ». Présenté à Cannes, il est bénéficiaire d’une mention de la Cinéfondation. Elle réalise, en 2000, Lovely Rita, portrait d’une adolescence en rupture avec son milieu familial. Ce dernier concourt, cette fois-ci, en sélection officielle du Festival de Cannes. Ce premier long-métrage lui fait accéder à une notoriété cinématographique internationale. Par ailleurs cofondatrice de la boîte de production Coop 99, qui encourage la jeune garde du cinéma autrichien, elle réalise en amont de son activité de productrice trois autres films : Hôtel (2004), Toast (2005), et Lourdes (2009). En 2011, elle fait partie du Jury de la Cinéfondation et des courts-métrages au Festival de Cannes. Amour fou est son cinquième long-métrage. Directement inspiré de la vie et de la mort du poète autrichien Heinrich VON KLEIST, et de sa compagne Henriette VOGEL, ce film se veut aussi témoin de l’ambivalence du sentiment amoureux. Si Lovely Rita et Hôtel ont tous les deux été nominés à Cannes, cela n’a pas été le cas des deux derniers films de Jessica HAUSNER. Elle signe donc, avec Amour Fou, son grand retour sur la croisette, et y dépassera peut-être le stade de la seule nomination, en étant pour la première fois primée.

amour fou

Le couple formé par le poète autrichien Heinrich VON KLEIST et Henriette VOGEL, dans Amour fou, de Jessica HAUSNER

(Source : http://www.afc.at)

Mona Oiry et Léa Scherer

Written By
More from artichaut

DAVID BOWIE IS : et je suis in love de David Bowie

Où ça ? A la philharmonie de Paris. Quand ? Du 3...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *