Exposition Underground à la Halle Saint-Pierre

CHRISTIAN REX VAN MINNEN
Born Bad, huile sur toile - 2013. 61 x 45,5 x 5,5 cm. 
Collection Geert Petersen.

Des trichromies sur des sachets de consommation de Chris Orites aux métropoles dessinées au stylo par Norimtsu Kokubo, en passant par l’“art des tranchées” : à la Halle Saint-Pierre, on rejette tout académisme. Cet hiver, le musée d’art brut de Montmartre dévoile le troisième acte de l’exposition HEY! Modern Art and Pop Culture, organisée par la revue pop HEY!, fondée en 2010 par le duo Anne & Julien.

Les + :

  • L’exposition présente toutes sortes d’oeuvres, sur tous supports, d’artistes venus du monde entier, ouvrant quantité d’horizons : vous y trouverez forcément votre compte !
  • Le visiteur est au coeur du dispositif : le musée est un lieu ouvert et fluide qui lui permet de circuler librement entre les oeuvres et de recomposer à l’infini l’espace et le temps de l’exposition.
  • Surtout, c’est une exposition drôle, explosive, et vous en ressortirez la tête débordant d’idées !

Les – :

  • La densité de l’exposition peut peut-être nuire à la particularité de chaque oeuvre.

Note: 5/5 Artichauts!!

TENMYOUYA HISASHI Japanese Spirit #2, acrylique, bois, Gesso noir, feuille d’or – 1997. 106.5 x 158.5 cm. ©Tenmyouya Hisashi

HEY!, “corde vocale” d’un monde des marges, entend utiliser l’image comme un refuge alternatif à la croisée des cultures. Pour la première fois en 2011, la revue organise une exposition d’envergure à la Halle Saint-Pierre, musée d’art brut et d’art singulier situé au pied du Sacré Coeur. C’est un mélange explosif de formes, allant du tatouage et du graffiti à la bande-dessinée, de la sculpture à la peinture, en passant par le cinéma et même le théâtre. Lowbrow art, art brut, art singulier, surréalisme, hyperréalisme : tous les genres sont consacrés.

L’acte II est présenté deux ans plus tard, dans la même veine que le premier, avec des artistes nouveaux et des oeuvres inédites. Cet hiver, la Halle Saint-Pierre dévoile le troisième acte de cette explosion underground, réunissant les oeuvres de soixante-deux artistes venus du monde entier.

CHRISTIAN REX VAN MINNEN Born Bad, huile sur toile – 2013. 61 x 45,5 x 5,5 cm. Collection Geert Petersen.

HEY! est un voyage inquiétant dans les tréfonds de l’inconscient d’artistes qu’on croiraient dégénérés. Immergé dans le sombre de la première salle, on est cahoté par chaque oeuvre qui s’impose à nous. Intrigué, amusé, on refait surface à la lumière , inquiété par une curiosité inassouvie: au deuxième étage, on dévore des créations plus drôles, plus gaies, mais toujours étrangement cyniques.

CHOI XOOANG The Dreamer Blue, huile et acrylique sur résine – 2007. 36 x 31 x 76 cm, édition 2/3. Collection Particulière (Paris) – Photographie © Graywall.

HEY! est sombre, crue, parfois grinçante. C’est un univers perturbé qui nous renvoie l’image d’une humanité crissante, qui dérange par sa réalité inéluctable. L’homme, projeté nu sur des “images instantanées” (Yu Pei Lian) apprend, à tâtons, à se découvrir autrement. La vie est injectée à la matière et l’humain détourné, voire moqué. Hiroshi Ito, par ses Laughing Stones, cherche à “créer l’illusion que la pierre est plus que de la pierre ou qu’elle est un matériau tout à fait différent”, évoquant les mitates japonais, qui “instituent par le regard”. L’oeuvre une parodie métaphorique, une transposition, une reconstruction, un chemin de la matière à l’oeil qui donne sens à la création. Là, Hiroshi Hirakawa détourne la tradition ukiyo-e, les codes de la culture pop du Japon et des tatouages d’Ed Hardy, dans un jeu de “ricochets rococo de la tradition populaire japonaise”, donnant naissance à des oeuvres scabreuses, fruit d’un art détourné, ajusté à notre époque. Ici, Christian Rex Van Minnen gonfle et déflagre la peinture hollandaise.  C’est ce que l’hyperréaliste Ron English appelle la culture jamming : une forme de “sabotage”, donnant vie à des formes originales et instantanées. Dans ce processus, l’individu occupe la première place.

BENOIT HUOT Couple de hiboux, technique mixte – 2011. Courtesy Galerie Eva Hober – Photographie©Y.Petit.

L’exposition HEY! redonne ses lettres de noblesse à un art des “marginaux”, dévoilant des créations originales. L’art devient le lieu de l’expression subjective instantanée, qui explose dans la matière et arrive à nous sous la forme d’un syncrétisme étrange de culture populaire, expérience particulière, tradition et urbanité. Un art intègre, profondément humain, “où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non, celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe” (Jean Dubuffet, L’art brut préféré aux arts culturels, 1949)

HEY! modern art & pop culture / ACT III
du 18/09/2015 au 13/03/2016

Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard – 75018 Paris
Métro : Anvers/Abbesses

http://www.hallesaintpierre.org/2015/09/hey-modern-art-pop-culture-act-iii/

Cléo SCHWINDEHAMMER

Leave a Reply