ELTON JOHN, ROCKET MAN À BERCY …

Après 40 ans de carrière, 400 millions de disques vendus, 56 singles au Top 40 américain, et plus de 3000 concerts dans le monde (un record), c’est une légende qui montait mercredi soir sur la scène de Bercy.

Note : 4,5/5 artichauts

À 67 ans, Elton John rassemble les foules. D’une virtuosité intacte, ses doigts glissent sur le clavier avec fluidité et habileté. Le public n’en rate pas une note, grâce à la caméra braquée sur les mains d’or du musicien. Très sympathique, il échange directement avec le public tout au long du concert. La voix de l’excentrique star change, sans perdre de son énergie ni de sa générosité. «Ma voix est mal ce soir» nous confiait-il pourtant dès le début du concert.

10721006_10203458076309358_1492524118_n

Bennie and the Jets, Candle in the wind, Levon, Believe ou plus tard I’m Still Standing et Saturday Night’s Alright For Fighting… 2 heures 30 de chefs-d’oeuvres, de titres cultes que tout le monde connaît, bref: 2 heures 30 de succès. De quoi faire tourner la tête! L’enchaînement de chansons, parfois mécanique, se fait dans l’euphorie: chacune d’elle est couronnée d’une «standing ovation». 2 heures 30 d’un vrai partage artistique !

Ce n’est pas le lieu qui fait le prix du billet, mais l’artiste lui-même: au pays des glam- rockers dont les prix croissent avec l’âge, Elton John est l’un des Empereurs. Le public, assez statique, écoute avec attention les notes s’envoler. Il n’a pas longtemps résisté à l’appel du rythme, endiablé durant toute la dernière heure. Elton John a laissé derrière lui un salle en feu et des centaines de fans massés au pied de la scène. «I’m Still Standing» n’avait sans doute jamais aussi bien porté son nom.

10805040_10203458076189355_768119604_n

Elton John a mené tambour battant un spectacle millimétré aux orchestrations dynamiques et aux solos d’improvisation bluffants! Un concert d’anthologie pour les fans, fort en bons moments pour les mélomanes. À la sortie de la salle, l’effervescence est palpable. Le sentiment d’avoir été au bon endroit, au bon moment habite le public conquis (d’avance). Je peux maintenant le dire: «j’y étais ! ».

Boris LE MENELEC

Written By
More from artichaut

Christophe Boltanski, La Cache

Chaque semaine, l’Artichaut partage avec vous ses découvertes littéraires du moment. A...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *