Dom Juan, crooner spatial

Dom Juan, photo © Jean-Louis Fernandez

Jean-François Sivadier revient avec Dom Juan à l’Odéon accompagné de sa joyeuse troupe et de l’éternel Nicolas Bouchaud à qui sied à merveille la tenue de l’invétéré séducteur. Un spectacle assez classique, mais d’une indéniable efficacité.

Il y a dans les spectacles de Jean-François Sivadier cette joie presque indicible d’être présent, de retrouver le public et de partager l’espace de quelques heures, un moment d’intimité. Il retrouve avec ce Dom Juan tout ce qui fait le caractère si particulier de sa compagnie, entre exubérance ravie et humour potache, et qui avait déjà fait mouche dans des spectacles aussi différents que La Vie de Galilée ou Noli me tangere.

La scénographie de Daniel Jeanneteau joue avec des planètes suspendues, de grandes bâches et ces tréteaux qui étaient déjà là dans Galilée, sorte de grand espace de parole qui se disloque petit à petit alors que grondent les manifestations intempestives du ciel tant moqué par Dom Juan. Ou plutôt de ce que Sganarelle dénonce comme étant un signe céleste, ce que son maître nie avec force comme le bon libre-penseur qu’il est. Toujours est-il que cette odyssée spatiale à l’ingénieuse et intelligente scénographie revitalise la pièce de Molière, lui donnant qu’une force que l’on trouve rarement dans les mises en scène contemporaines du célèbre dramaturge français. Tantôt virant à une vulgaire transposition contemporaine, tantôt trop classiques, elles sont bien souvent décevantes ; celle-ci manie habilement sa politique du juste milieu, ne boudant pas le plaisir d’inscrire son Dom Juan dans le temps présent en faisant ressortir des échos bien actuels – critique d’une croyance aveugle, célébration de la pensée critique – tout en faisant résonner sa langue avec force. Et Nicolas Bouchaud, de jouer avec le public, allant, offrant des fleurs aux spectatrices et entonnant du Marvin Gaye.

Dom Juan, photo © Brigitte Enguerand

Dom Juan, photo © Brigitte Enguerand

On ne le répète pas assez, il y a une certaine joie à retrouver les spectacles de Jean-François Sivadier, leur intelligence, leur bonne humeur et leur générosité, et ce Dom Juan ne fait pas exception à la règle.

Bertrand Brie

Jusqu’au 04 novembre au théâtre de l’Odéon. Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h. De 6€ à 40€.

Leave a Reply