Comment faire semblant d’être sympa dans une soirée où tu connais personne?

giphy (2)

 

La soirée avait pourtant bien commencé. Ta poto Marie-Caroline, MC dans le milieu du rap français, t’avais envoyé un message pour te proposer de passer une soirée trop fun entre gurlz. Trop cool, t’aimes bien Marie-Caro, elle est vraiment trop marrante quand elle est déchirée. T’avais déjà préparé tout le matos adéquat : 1 pack de 10 Blonderbraü à 4,72€ et ta compil R’n’B 2003 pour faire les fofolles en préparant des chorés sur du Mary J.Blige.

Bref, une soirée qui s’annonçait pleine de sensations fortes.

C’était sans compter sur Marie-Caro, qui avait trouvé entre temps un meilleur plan : une résoi à Saint-Fargeau (tu pensais pas que des gens habitaient vraiment sur la 3bis) avec des gars de son cours d’impro théâtrale. Le genre de cours où tout le monde doit faire des cris d’animaux en pyjama, tout ça en faisant semblant de s’amuser.

Evidemment tu sens le truc venir, mais si tu dis non la probabilité de finir seul devant Les Enfants de la télé avec un paquet de Monster Munch reste quand même très forte.

 Une soirée où tu connais personne, ça ressemble à quoi ?

  1. L’ambiance : tu te sentirais mieux à une soirée moules-frites dans la salle communale Dieudonné de Brignoles.

    Pas l’ombre d’un pack de 33 Export, même pour pas une petite bouteille de Fischer pour faire comme si c’était une vraie soirée. Dans ce genre de soirée, les gens boivent généralement du vin qu’ils ont choisi en fonction de l’étiquette, c’est-à-dire qu’ils sont absolument dégueulasses.

    T’arrives vers 22h parce que c’est le bon horaire pour pas avoir à claquer une bise non-consentie à une ribambelle d’inconnus probablement atteints de mononucléose.

    A cette heure-ci, tout le monde papote autour de la table. C’est la cour des miracles.

  2. Les gens : tout le monde se présente à toi et tu sais pertinemment que tu vas oublier (dans le meilleur des cas, mélanger) tous les prénoms.

    Y’a toujours un mec avec un prénom tellement pourri que tu préfèrerai prendre 3 ecstas dans ton bol de Chocapic à 7h du mat’ que d’avoir à t’appeler comme ça ne serait-ce que 5 minutes. Ainsi, quand un grand mec tout déglingué te dira qu’il s’appelle Tiburce, il serait de bon ton de réprimer ce rire bien relou qui te pend aux lèvres, et d’éviter toute allusion à la Star Ac’ saisons 3 et 4. Pour rappel :

  3. Toute cette bande de joyeux drilles t’a oublié en moins de deux. Marie-Caro se fait déjà chiner par Louis-Mathieu, un nabot surexcité qui a la voix d’un teckel en fin de vie. Pendant ce temps, tu essaies de sociabiliser mais tu rames comme une truie à essayer de faire comprendre à Bécassine que quand tu l’as appelée « grosse » ça n’avait rien à voir avec le fait qu’elle n’ait pas réussi à rentrer dans l’ascenseur, même de profil. Attention, tu es sur une pente très savonneuse. On avait dit « pas le physique ».

T’as déjà perdu quelques points dans l’échelle du sympa, comment te rattraper en 3 leçons ?

  1. La cigarette. T’avais décidé d’arrêter à cause du prix que ça te coûtait, 6,80 dans le boul à chaque fois non mais sérieusement on se fout de la gueule de qui ? C’est ça en moins qui irait dans les caisses de l’Etat en taxes abusives sur des produits chill du style la bière ou le coca.

    Le problème c’est que toute la bande clope comme des gros tarbas et va se défoncer à coup de Gauloises Bleues sur la terrasse. Tu restes donc comme un vieux chien de la casse à côté de Pierre-Emmanuel qui a eu le bon goût de mettre une cravate ce soir, comme si ses postillons et son goût pour la finance ne l’avaient pas déjà classé dans la catégorie du mec bien relou. Putain, cette sale envie de méfu te reprend comme une envie de pisser, et tu te précipites sur le balcon pour gratter une Gitane Maïs sans filtre à Corentin, qui devient de ce fait ton meilleur poto.

  2. La playlist. Franchement ça bouge pas son boul des masses dans cette gargote de l’enfer, c’est à peine si Louison tente quelques petits pas mal assurés sur cette diabolique chanson de merde qu’est « Blurred Lines ». Tu prends les choses en main.

    ATTENTION PIEGE : Essayer de montrer que t’es un mec/une meuf à la pointe de la musique en passant le dernier son que t’as écouté sur une playlist de hipster ne PASSE JAMAIS. Les gens ne penseront pas que t’es cool mais que tu te sens plus pisser depuis que tu vas au Wanderlust le samedi soir avec ta clique de teubés. Franchement, ils auront pas tout à fait tort.

    Le meilleur plan pour passer pour quelqu’un de sympa est de passer des tubes de ton adolescence (franchement je vous apprends rien), et t’auras le plaisir de voir Louison, MC, Maureen et Coralie se déhancher sur Jamelia sous le regard de dalleux des éléments masculins de la soirée.

  3. Passer pour un gentil freak peut aussi contribuer à te faire passer pour une personne sympa et un peu paumée. N’hésite pas à inventer sur ta vie pour faire croire aux autres que t’es pas bien cuit de naissance et que c’est pas forcément de ta faute vu que t’habitais dans la banlieue de Dunkerque jusqu’à ton départ pour la capitale. Force le trait, ne lésine pas sur les détails scabreux, ils seront ravis de savoir que ta grand-mère te donnait des croquettes à bouffer ou que ta prof de français en 5è galérait pour écrire « crayon ». Ca fera de toi un personnage attachant et aussi monstrueux, mais les gens sont friands de faits divers.

A vous de jouer !

Jocelyne.

Leave a Reply