Circulation(s) 2017 – Un regard européen ?

namasaya-expo-festival-circulations-2017

C’est au cœur du 19ème arrondissement qu’est présenté le festival Circulation(s) qui a pour but de souligner la bouillonnante diversité de la jeune photographie européenne contemporaine. Au 104, une cinquantaine d’artistes photographes présentent leurs clichés lors de la 7ème édition du festival. Conçu comme un tremplin pour ses jeunes créateurs, le rendez-vous annuel permet de faire connaître les jeunes talents européens et constitue aujourd’hui un évènement incontournable de l’agenda culturel parisien.

 

Les photographies interrogent le spectateur sur des questions sensibles à notre société telles que la mémoire ou l’engagement politique. Chaque artiste traduit à travers son prisme un univers propre et nous présente une esthétique et une démarche personnelle qui rend compte de la multiplicité des pratiques en Europe et dans le monde.

L’exposition permet l’émergence d’une culture européenne de la photographie, et fait même jaillir une lecture commune du monde et de ses enjeux politiques qui le transforment à travers des sensibilités différentes et des parcours individuels. Les codes et langages visuels contemporains partagés permettent d’offrir une nouvelle vision de l’Europe, celle qui repose sur l’effervescence de la création photographique européenne comme facteur de cohésion et de partage. On peut ainsi voir ici la photographie comme le vecteur d’une Europe dynamique et créative qui nous permette d’offrir une vision alternative à la xénophobie grimpante et au chômage de masse. En d’autre termes, Circulation(s) se veut donner une image active de la jeunesse qui dépasse les nombreux clichés reçus et ancrés dans l’imaginaire collectif.

La programmation s’articule autour de la sélection d’un jury suite à un appel à candidatures international, d’invités (une galerie et une école) et de la carte blanche du parrain de cette édition, Hercules Papaioanno, photographe grec et directeur du Musée de la Photographie de Thessalonique.

 

On retiendra notamment le travail de Mafalda Rakos qui, à travers sa série « I want to disappear »  traite les comportements de trouble alimentaires en privilégiant une approche collaborative, se concentrant sur les récits et les expériences de femmes et de filles qui ont surmonté la maladie.
Les photographies se complètent d’interviews ainsi que de dessins, sculptures, écrits et images fournis par les protagonistes.

(c) Mafalda Rakos

(c) Mafalda Rakos

 

Dans un autre registre, le photographe Franco Tim s’intéresse avec « Metamoprhosis » à une mégalopole chinoise qui poursuit inexorablement sa modernisation.

(c) Tim Franco

(c) Tim Franco

 

Pour vous faire découvrir le panorama de la photographie contemporaine de notre continent, le pôle photographique du BDA et Europeans Now se sont associés pour vous proposer une visite guidée exceptionnelle à l’exposition le samedi 4 mars à 17h.

 

 

Leave a Reply