Breton à la conquête de l’Europe

Breton

 

Peut-être avez-vous aperçu, ces derniers jours, les affiches de Breton placardées sur les murs de Paris : on y voit un papillon, inerte et énorme, noyé sous un bleu vernis. Une telle bannière va bien au groupe anglais, qui, deux ans après la sortie de Other People’s Problems, s’apprête à sortir ce lundi un nouvel opus, intitulé War Room Stories. 

 

 

En 2014, Breton a sorti les gros moyens : à la conquête d’un empire européen bâti sur trois capitales – Londres, Berlin, Paris – la bande communique tous azimuts. A l’automne de l’année passée sortaient déjà deux titres prometteurs, « Envy » et « Got Well Soon », et qui nous rassuraient sur la puissance de frappe du groupe. Enregistré dans d’anciens bâtiments communistes berlinois, War Room Stories réactive les mêmes composantes qui ont fait la réputation de ce collectif de musiciens et cinéastes : une dialectique permanente de la lumière et des ténèbres, une envie de hauteurs mais une crasse pesanteur. Le titre de l’album est d’ailleurs une référence directe – du moins on le devine – aux salles d’opérations souterraines où se décide le sort de l’humanité en temps de guerre. L’électro-rock de Breton c’est donc ça : une violence en teintes arty et urbaines, des synthés qui se font bombardiers, une fureur pas encore civilisée. Difficile de ne pas se laisser conquérir par leurs rythmes férocement efficaces : on rend les armes.

 

 

Vous pourrez écouter War Room Stories dans son intégralité ce vendredi 31 janvier à L’International, à quelques jours de sa sortie officielle et d’une première date à la Cigale, le 6 Mars. Ça promet d’être sauvage.

 

 Camille, LHT

 

Leave a Reply