« Breaking the surface, L’eau qui dort »

Caddie - Breaking the surface
Photo prise le 27/10/2015 © The Mercury - 2015

La COP21 marquant la fin de 2015 avec de nombreuses manifestations organisées dans tout Paris, c’était l’occasion de sortir et d’aller dans le parc de la Villette où l’on retrouve, du 23 novembre au 3 janvier, une de ces manifestations : une étrange exposition « L’eau qui dort » de Michael Pinsky. Malgré le fait que l’exposition se soit terminée, il est intéressant d’observer l’état du canal de Paris et de s’apercevoir de l’urgence de telles mesures pour notre avenir, tout en appréciant ce recyclage artistique et onirique.

Breaking the surface - Vue d'ensemble Photo prise le 27/10/2015 © Ian Beech - 2015

Breaking the surface – Vue d’ensemble
Photo prise le 27/10/2015 © Ian Beech – 2015

 

La Villette et l’association COAL (Coalition pour l’Art et le développement durable) ont décidé de sensibiliser aux enjeux de cette Conférence sur le Climat mais aussi de montrer à quel points nos actes individuels, qui peuvent nous paraître sans conséquences, influent sur le réchauffement climatique global de la planète.

Pinsky - l'eau qui dort 6 Photo prise le 02/11/2015 © EPPGHV - 2015

Pinsky – l’eau qui dort 6
Photo prise le 02/11/2015 © EPPGHV – 2015

Car c’est bien de cela dont il s’agit. Michael Pinsky, artiste britannique, a été sélectionné  par l’association COAL pour monter cette installation étrange constituée d’une quarantaine de gros objets récupérés, avec l’aide d’une équipe de fonctionnaires de la ville de Paris, au fond du canal. Il les a, par la suite, installés à la surface sous une lumière bleu-vert qui les présente sous un nouveau jour. Les visiteurs sont invités à se laisser porter d’une œuvre à une autre comme il l’entend, accompagné par une bande-son créée à partir des objets exposés et avec la participation des lycéens de Pantin.

Le long de nos déambulations, nous retrouvons des objets pas si inattendus: des vélos, des cônes de travaux… Mais d’autres sont beaucoup plus surprenants, comme une cuisinière ou encore un frigidaire. C’est véritablement l’interrogation du spectateur que recherche Michael Pinsky en proposant cette installation à Paris, après avoir inauguré le concept en Angleterre. Cette idée originale lui est venue après avoir discuté avec des passants sur ce qui se passait aux abords d’un canal anglais et comment de nombreux caddies y étaient poussés par les enfants, pour s’amuser.

On est, dans cette exposition, directement pris à parti de la réalité de nos actions qui peuvent nous paraître insignifiantes au niveau individuel, mais lorsque ces actes sont additionnés les uns aux autres peuvent prendre une envergure énorme et avoir un impact mondial. Ces objets très communs accèdent alors à un sens nouveau de dénonciation.

Vue des docks - Breaking the Surface Photo prise le 27/10/2015 © Piers Rawson - 2015

Vue des docks – Breaking the Surface
Photo prise le 27/10/2015 © Piers Rawson – 2015

Les + :

  • Une visite libre et gratuite dans un cadre plutôt sympathique.
  • La possibilité de s’interroger de façon personnelle sur ce que dénonce cette exposition sur vous-même.

Les – :

  • Une explication sur la méthode et la mise en place de l’exposition sur le site des œuvres serait la bienvenue.

 

Note de l’Artichaut : 4/5 Artichauts!

Maylis BERVILLER

Leave a Reply