Blu(es) Blu(es) Blu(es) : Muhal Richard Abrams, une étoile de plus dans le ciel constellé de la Great Black Music

http://christophwagnermusic.blogspot.fr/

Muhal Richard Abrams, multi-instrumentiste d’exception et figure de proue de la scène free jazz américaine, s’en est allé aussi humblement qu’il a vécu, s’éteignant le 29 octobre dernier dans sa demeure de Manhattan. Il avait 87 ans.

 

Muhal Richard Abrams – BluBluBlu (1991), Black Sait Record

C’est pourtant dans la cité culturelle de Chicago que son histoire s’est majeure partie écrite. Pianiste autodidacte, il débute sa carrière aux côtés de jazzmen tels que Kenny Dorham, Ray Nance ou Max Roach. Traversant les univers musicaux, il se donne pour mission d’explorer les possibles sans dogmatisme et affirme, dès 1965, l’indépendance de son art en créant l’AACM (Association for the Advancement of CreativeMusicians), coopérative prolifique de Chicago réunissant la jeune génération de la scène d’avant-garde.

En 1968, il enregistre Levels and Degrees of Light, album sur lequel il collabore notamment avec Anthony Braxton et Leroy Jenkins.

Muhal Richard Abrams – Levels and Degrees of Light (1968), Delmark Record

Mais ce n’est que dans les années 1970 que sa carrière prend un tournant décisif, notamment en Europe, période durant laquelle il multiplie les collaborations avec les tenants de la scène « free » mais également d’autres mouvements d’expression jazzistique. C’est à cette période qu’il collabore notamment avec Sonny Rollins. En 1977, il déménage à New York et participe à cette expérience culturelle fondatrice qu’a été le mouvement Loft Jazz.

Muhal Richard Abrams guidant le Jazz at Lincoln Center Orchestra au Frederick P. Rose Hall, Manhattan, 2010

Prophète ? Pour beaucoup, sa puissance créative aura été d’une inspiration contagieuse. Dans un hommage émouvant publié dans le New Yorker, Taylor Ho Bynum explique qu’Abrams aura été un passeur dans son itinéraire artistique.En 2012, le pianiste Vijay Iyer était interviewé sur ce monument du Jazz :

Pour son édition 2016, le Festival Sons d’hiver qui célébrait alors son 25ème anniversaire avait accordé à ce monument de la musique créative une place de choix en lui confiant l’ouverture. Consacré sur la fin de sa carrière Jazz Master par le National Endowment for the Arts en 2010 et reconnu au Vision Festival pour l’ensemble de son œuvre la même année,Richard Muhal Abrams restera une source d’inspiration éternelle pour les explorateurs musicaux de tous les horizons.

Lucas Le Bellec

Written By
More from artichaut

Elle l’adore – Jeanne Herry

Elle l’adore, de Jeanne Herry Et même l’enfer c’est pas grand-chose 2,5...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *