Alléluia: Le cœur a ses raisons a un descendant

Toi, oui toi petit rejeton né dans la première moitié des années 1990, tu as forcément connu une personne qui regardait Les Feux de l’Amour. Tu trouvais qu’il y avait trop de personnages, qu’ils avaient des noms assez étranges et même si tu essayais de suivre l’intrigue, les multiples nœuds et revirements impromptus ne te facilitaient pas vraiment la tâche. Quand nos parents regardaient à 20 ans Dallas d’un air étonné (c’était un peu comme Plus Belle La Vie, tout le monde est d’accord pour dire que c’est nul mais ça ne manque pas de spectateurs) pour nous ces séries étaient déjà cheap. Et les trucs aussi kitchs ça se prête vachement bien aux parodies. Ça tombe bien, Spoils of Babylon vient de sortir et c’est plutôt rigolo.

C’est une série de Andrew Steele et Matt Piedmont qui ose vraiment le ridicule. Chaque épisode de 40 minutes est une suite de gags parodiant tous les grands poussifs des grandes séries texanes racontant les déboires de familles riches et corrompues, un style si particulier qui s’est construit le long des 9603 épisodes des feux de l’Amour, des 6384 d’Amour, Gloire et Beauté et tant de dérivés. On suit donc les Morehouse dans leur ascencion sociale puis leurs divers débâcles dans des scènes hautement ridicules mais jouées avec beaucoup de brio par Tobey Maguire, Kristen Wiig et Tim Robbins. Ça fait donc une petite série sympa, très légère et qui a le mérite de l’originalité et des décors en carton-pâte.

Néanmoins dans ce registre, cette nouveauté ne parviendra jamais a détrôner mon premier amour: Le Cœur à ses Raisons.

Le feuilleton parodique québécois est certainement un des trucs les plus cool après les caribous qu’on doit aux compatriotes de Garou et Céline Dion. Les épisodes sont plus courts, sur un format de 22 minutes  Issue d’une série de sketchs, cette série n’hésite pas à tomber dans l’humour vraiment étrange et a son lot de répliques cultes (même si elles sont difficiles à placer dans un dîner mondain sans se faire étiqueter beauf). Les 3 saisons se dévorent, juste un petit conseil pour supporter la rentrée hivernale.

 

 

 

 

 

 

 

Anna M.

Written By
More from artichaut

Le Cid: après Alagna, le déluge !

Presque cent ans après sa dernière représentation à l’opéra de Paris –...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *