4 saison de Broad City : Pourquoi être fan.

 #Yaaassqueen

Début septembre, Broad City est revenu pour une 4e saison sur Comedy Central. Toujours aussi fraîche et déjantée, cette saison s’efforcera de suivre la même recette en  y incluant les derniers bouleversements politiques américains. 

Ilana et Abbi sont deux new-yorkaises féministes et fièrement juives dans leur vingtaine. Entre discussions aux sujets aussi variés qu’absurdes, soirées new-yorkaises et évènements imprédictibles, la série ne raconte pas grand-chose mais d’une façon … très particulière.

Broad City c’est une série qui se base sur la complicité de deux filles qui tentent de franchir l’âge adulte, et quoiqu’il arrive, elles seront toujours là l’une pour l’autre. C’est donc une histoire d’amitié mais pas « gnangnan », dramatisée et glamourisée. En fait, le scénario de la série se veut simple dans son pitch mais décalé et fantasmé dans la narration, aussi bien littéraire que visuelle. C’est une série qui montre deux femmes qui ne respectent pas les normes traditionnelles imposées aux caractères féminins (que ce soit féminine et discrète ou au contraire hyper sexuelle ; ça va au-delà de ça vers quelque chose de très réaliste, surtout dans le rôle d’Abbi). Abbi Jacobson, l’une des créatrices expliquait que « si vous regardez un épisode il n’y a pas vraiment de message, mais si vous les regarder tous, ils encouragent les femmes à être plus libres ». Entertainment Weekly avait qualifié la série de « comédie profondément étrange, bizarrement mignon et complètement hilarante ». Les deux créatrices (qui sont en fait les versions édulcorées des 2 protagonistes) avaient déjà réalisé une web série du même nom qui reprenait le même pitch. On ressent donc bien l’influence des sketchs de type « youtube » dans le format télévision.

Le titre de la série fait référence à deux choses. Une ville dynamique et étrange qui accueille énormément d’individus différents : New-York. On connait la fascination qu’ont les américains avec New-York. C’est un personnage à part entière. Souvent catégorisée comme une ville glamour, romantique et qui inspire, elle est dans Broad City, une ville à la fois ennemie et alliée. Il s’y passe tellement de choses folles, que c’est parce qu’Abbi et Ilana y vivent que chaque aventure finit par un déroulement inattendu. 

« Broad » est aussi un vieux slang qui faisait référence dans les années 30 aux femmes indépendantes, bruyantes et agressives. Sans surprise la série se réapproprie le terme dans les personnages de Ilana et Abbi pour désigner des femmes qui « savent ce qu’elles veulent »

Comme l’explique très bien l’émission sériephile de Youtube ScreenPrisme, c’est une série comique qui reprend les codes de plusieurs types de comédies : Les sitcoms, buddycomedy et comédie d’observation. La série a ses codes, ses running-gags et ses catch-phrases (#Yaasqueen). Rien ne se passe … jusqu’à ce que, sorti de nulle part il y ait une situation absurde, et souvent malaisante. Broad City cherche aussi à remettre en cause une société régie par le politiquement correcte et des normes sociales strictes. Bien évidemment ce qui reste centrale c’est la solidarité et l’amour indestructible qu’il y a entre les deux jeunes femmes.

 

Un mot sur la saison 4 

Alors que va raconter la saison 4 ? Honnêtement c’est toujours un peu compliquer pour ce genre de série de l’expliquer. Seuls 5 épisodes sur 8 sont sortis et la recette reste la même, sorte de chronique de la vie D’Ilana et Abbi. La saison 3 de Broad City s’était terminée sur des bouleversements dans leur vie professionnelle et romantique.  Les personnages sont complexes et progressent lentement. Mais elles gèrent différemment leurs problèmes par rapport aux saisons précédentes. Le défi de la saison 4 c’est de chercher à faire rire en continuant d’aborder des thèmes graves, notamment avec la dépression et l’anorgasmie d’Ilana. En se basant sur la bande-annonce et les quelques interviews des réalisatrices on peut se douter que les derniers bouleversements politiques vont aussi avoir une importance à un moment donné. Interesting fact, une partie de la série a dû être refaite, car Ilana et Abbi n’avait pas vraiment considéré que Trump puisse gagner les élections américaines. Outch.

Pauline Blanc

Tags from the story
, , ,
Written By
More from artichaut

Les Particules élémentaires, portrait d’une époque

Après une révélation au Festival d’Avignon 2013, la compagnie Si vous pouviez...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *