38e Trans Musicales : notre sélection

38e Trans Musicales

C’est reparti pour un petit tour des Trans Musicales de Rennes qui s’emparent de la ville du 30 novembre au 4 décembre. Cette année, le festival breton signe sa 38e édition et ce n’est pas pour autant qu’il est à la ramasse (blague sur les vieux tout ça). On vous laisse tranquillement découvrir nos préférences – à nous – parmi cette programmation toujours aussi surprenante. Positivement.

The Madcaps

Des rennais au garage psychédélique, fervents représentants du label Howlin’ Banana (Kaviar Special, Baston, Volage…). Ils ont récemment dévoilé un extrait de leur prochain album, « Slow Down », prévu pour 2017. Chills Pants, un clip suintant les 70s. Entre rouflaquettes coquines, orgue séduisant et tapis cosy. Presque trop sages ?

Il est Vilaine

Un duo résolument divisé entre la férocité des Hell’s Angels et le charme électrique des paillettes, au vu de leurs superbes vestes. Ce qui ne les empêche pas de ne pas faire les choses à moitié avec leur dernier clip, Surf Rider, sorti sur le label Kill the Dj – Ivan Smagghe, Chloé… Ils nous projettent face à une sorte de Bulma punk au regard sibyllin et à l’arme fatale sur son énorme bécane. Une musique qui pousse à l’émeute sur la piste de danse avec de grosses références rocks et new wave dans un shaker électronique, à la bonne votre.

Pyrit

Des nappes planantes, un chant profond, quasi incantatoire. Une musique sombre et mélancolique au synthé égaré dans la cabine d’une navette spatiale où l’on pourrait entrevoir un feat avec Hal 3000. Aventurez vous du côté de leur premier album Ufo, objet musical à identifier de toute urgence.

Chouette

Si au Moyen Âge la chouette est associée à la tromperie, ce genre de Chouette là ne devrait pas nous rouler dans la fange. La team rennaise – qui compte parmi elle la chanteuse/bassiste de The 1969 Club – nous hulule un acoquinement entre le BJM et les Beach Boys tant leur musique surf, teintée d’un psychédélisme tantôt suave tantôt sautillant, vrombit en nous. Déplumez vous à l’écoute de leur premier album You Don’t Know Why You Run.

No Zu

Énorme découverte australienne. Un groupe qui fait se rencontrer les cuivres et les beats en cascade. Un punk sous couvert de funk, si la lettre est joueuse ici la note est audacieuse. Un joli brassage d’influences pour un résultat rafraîchissant.

Reykjavikurdaetur

“Les filles de Reykjavik” ont pour mission de réveiller la/le thug qui sommeille en nous. Collectif féministe tout droit venu des terres d’Islande, comme son nom ne l’indique pas, qui brosse le tableau de la condition féminine, notamment en Islande. Et autant vous dire qu’elle n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Un rap engagé et rageur prêt à tout faire pour changer la donne, mec.

HMLTD

Originellement Happy Meal Ltd., un groupe ovni venu de l’underground londonien qui nous transporte vers une époque qu’on aurait eu du mal à connaître. Entre le glam rock et le punk aux tendances dissonantes. La promesse de nous emmener toujours plus vers une rage dansante. Si la basse anime les cœurs, c’est à coup de triques métalliques que leur musique nous assène. Is This What You Wanted ?

Maywenn Vernet.

Leave a Reply