11.22.63 : Et si l’assassin de Kennedy n’était autre que… Lee Harvey Oswald lui-même ?

photo de promo de la série

« Si j’avais une machine à voyager dans le temps, j’empêcherais l’assassinat de Kennedy ». C’est en substance le synopsis de 11.22.63, la nouvelle série proposée par la plateforme Hulu. Le personnage principal, Mr Epping, un professeur de littérature se voit confier la mission par de l’un de ses amis mourants, d’empêcher le meurtre de Kennedy. Pour cela, il devra utiliser une faille temporelle qui se trouve dans le restaurant dont il est propriétaire pour lui permettre de revenir dans les années 1960, le 21 octobre 1960 pour être plus précis.  Ainsi, pendant 3 ans, il va devoir s’adapter à cette Amérique qu’il ne connaît que grâce aux livres d’Histoire…

(Cet article peut contenir des spoilers, spécialement dans le dernier paragraphe évoquant la fin de la saison. Ne pas lire si vous ne voulez pas gâcher la surprise !)

Exploration des théories et départ vers une nouvelle époque…

La CIA, la Mafia… toutes les pistes et théories ont été explorées par l’ami de Mr Epping pour trouver les commanditaires du meurtre de Kennedy. Le personnage est interprété avec brio par James Franco (connu notamment pour être le Bouffon Vert dans la trilogie Spiderman[1] et dans 127 heures[2]). Celui-ci affirme avoir lu de nombreux livres sur le sujet et même s’être déplacé dans l’époque concernée où il a pu mener sa propre enquête sur l’assassinat de Kennedy. Il a épié tous les faits et gestes d’Oswald, le meurtrier présumé et a pu compiler plusieurs notes qu’il donne à son ami. Il lui avoue également que le cancer dont il souffre est probablement dû à ses déplacements dans le passé.  A chaque fois qu’il revenait de ses voyages, il se retrouvait en 2016 à la date actuelle, il mettait alors au propre et à l’abri ses notes. Cependant, à chaque voyage entamé dans le passé, il atterrissait inéluctablement le 21 octobre 1960. Peu importe ses efforts, le temps se réinitialise afin de se corriger comme si Al Templeton, interprété par Chris Cooper (Truman Capote[3], The Amazing Spiderman 2 : le Destin d’un Héros [4] ) était considéré par le processus remontant le temps comme une anomalie qu’il fallait absolument effacer. Pour le Passé, Al Templeton n’existe pas, c’est un bug qu’il faut éliminer de la matrice. Ses actes, les éventuels amis qu’il se fait, ses connaissances au cours de son périple en 1960, n’existent plus et n’ont jamais existé. Et pour cause Al Templeton venant de 2016, est considéré comme un anachronisme c’est-à-dire comme un décalage, un écart entre deux époques. Le Passé ne veut pas être changé est la rengaine qui ne cesse d’être répété tout au long de la série. Ainsi, on prête au Passé un certain pouvoir pour agir, mobiliser des forces supérieures et fomenter des événements autour des héros afin de les empêcher d’agir sur lui. Mr Epping en fera l’expérience à ses dépens tout au long de la série. Il perd ses notes, est souvent perturbé dans son enquête…. Bref, tout est fait pour l’empêcher d’accomplir sa quête de vérité. L’autre volet intéressant dans ce genre de séries qui font un va-et-vient entre notre époque et une autre, un peu comme Mad Men, est de souligner les changements constatés mais également les similitudes d’une époque à une autre.  Mr Epping va pouvoir découvrir les Etats Unis des années 1960 qui, peu avant mai 1968, fait sentir ses réticences à l’idée de certains changements dans la société.

A la découverte des sixties

Les années 1960, c’est Audrey Hepburn, Led Zeppelin, Kennedy… mais aussi la ségrégation. Les Etats Unis sont en plein boom économique grâce aux 30 Glorieuses, tout le monde semble profiter de cet effet d’aubaine qui favorise l’achat de biens de consommation de masse, les salaires sont corrects et permettent d’avoir du pouvoir d’achat. Epping peut s’acheter une belle voiture, manger de la nourriture de qualité et avoir un mode de vie plutôt agréable. Cependant, il se rend vite compte que ce n’est pas le cas pour tout le monde. Ainsi, lorsqu’il commence son métier d’enseignant, il voit le regard soupçonneux des habitants de la ville et de ses collègues qui trouvent dans son amitié avec la noire Mia Mimi Corcoran, jouée par Tonya Pinkins (Nurse Jackie[5], Gotham[6]) une faute morale. Même si cette désapprobation n’est pas explicite, elle est sentie notamment lorsque Mr Epping l’aide à se servir à la pompe d’essence. Le pompiste refuse de se mettre à son service, il s’en suit une légère altercation. Le « c’était mieux avant » qui connaît actuellement un succès fulgurant dans plusieurs sociétés, peut être relativisé. Quelle que soit l’époque, une nostalgie du passé, un manque de recul est toujours installé dans la société. L’époque d’avant était meilleure, la nôtre connait un affaiblissement intellectuel, un affaissement des valeurs, etc. Quoi qu’il en soit, Mr. Epping sent bien qu’il n’appartient pas à l’époque des années 1960.  Même s’il vit dans les Etats-Unis de 2016 avec ses nombreux problèmes économiques, ethniques, politiques, il souhaite y revenir car il s’y sent mieux, beaucoup plus à son aise que dans les années 1960. Par ailleurs, s’il souhaite revenir, c’est aussi pour constater les ruptures historiques produites si jamais Kennedy survit, ce qui signifierait qu’il aurait accompli sa mission d’empêcher son assassinat.

Y aura – t – il une saison 2 ?

La fin de cette première saison est un peu décevante. Finalement, c’est l’hypothèse du rasoir d’Ockam qui est privilégiée c’est-à-dire la solution la plus simple, celle déjà connue de tous et officiellement déclamée. En fin de compte, cette adaptation du livre Stephen King[7] laisse un peu sur sa faim. On peut supposer qu’il eut été difficile pour lui d’explorer toutes les possibilités dans son livre, il s’est donc attaché à étudier la solution la plus simple à savoir que c’est bien Lee Harvey Oswald qui est l’assassin de Kennedy. Mais cette fin, venant du maître du suspense et de l’imagination semble un peu trop facile. Après être revenu en 2016, Epping constate que l’époque post Kennedy est apocalyptique. Cela est dû aux nombreuses décisions aléatoires prises par Kennedy et Monroe qui lui succédera. On regrette que Mr. Epping réussisse à réinitialiser son époque et à revenir aussi facilement en 2016. L’exploration des années 60 ou d’un autre monde aurait pu se poursuivre avec la découverte d’une nouvelle histoire qui aurait pu faire l’objet d’une deuxième saison. Epping revenu à son époque, se retrouve bloqué dans les ruines de sa ville natale pour une raison inconnue et obligé de cohabiter avec les voyous qui foisonnent dans le quartier, un peu comme Rick Grimes et son équipe dans The Walking Dead[8]. Par ailleurs, la fin mièvre avec son amoureuse, Sadie Dunhill peut faire pleurer dans les chaumières mais alourdit une histoire déjà extrêmement complexe. Même si 11.22.63 se présente comme une mini – série, on peut imaginer d’autres situations dans lesquelles un changement de trajectoire dans l’histoire peut être intéressant à explorer, comme par exemple l’assassinat d’Hitler. Le héros serait l’assassin du Führer, aurait des difficultés à survivre dans Allemagne en crise. On pourrait commencer la série directement après l’assassinat plutôt que de le suivre dans les différentes étapes amenant le meurtre. Le fait est que l’Histoire étant vaste et passionnante, foisonne d’événements que l’on aimerait réécrire en faisant preuve d’imagination. A l’instar de The Man in the High Castle[9] qui relate la victoire de l’Axe sur les Alliés, on aimerait voir d’autres séries relatant la quête d’un héros désireux de changer l’Histoire et les conséquences de ce changement

 

Les Points positifs :

  • James Franco qui interprète un Mr. Epping au cœur d’artichaut
  • Une histoire haletante avec du suspens
  • La découverte d’une époque nouvelle

 

Les Points négatifs :

  • Une fin un peu décevante qui tend vers le happy ending
  • Le manque d’exploration de ce monde post Kennedy que l’on entraperçoit trop brièvement
  • On aurait aimé découvrir encore plus l’environnement avec lequel Mr. Epping interagit

 

Ismaël El Yamani 

 

[1]  Trilogie réalisée par Sam Raimi (2002 ; 2004 et 2007)

[2] Film réalisé par Danny Boyle en 2011

[3] Film réalisé par Bennett Miller en 2006

[4] Film américain en 3D réalisé par Marc Webb en 2014.

[5] Nurse Jackie, série de 8 saisons, créée par Linda Wallem. Avec Edie Falco comme héroïne

[6] Gotham série télévisée créée par Bruno Heller en 2014

[7] 22/11/63, Stephen King, Edition Babelio, 2013

[8] The Walking Dead, série télévisée d’horreur américaine, adaptée par Frank Darabont et Robert Kirkman

[9] Série produite par Ridley Scott, diffusée à partir de 2015

 

Leave a Reply